Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

START-UP : La tentation de l'étranger ?

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : La francophonie à la traîne !

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Véronique Morali, présidente du Women's Forum et du directoire de Webedia

En savoir plus

Ukraine et Syrie: quelles gestions des crises?

En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

  • Défiant la loi, le maire de Rome enregistre 16 mariages gays

    En savoir plus

Economie

Une "cyberarmée iranienne" attaque Twitter

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/12/2009

"Ce site a été piraté par la cyberarmée iranienne" : tel est le message qui s'affichait, hier, sur la page d'accueil du site de microblogging, cible d'une cyber-attaque visant à protester contre son "ingérence sournoise" dans les affaires de l'Iran.

AFP - Twitter a été brièvement piraté dans la nuit de jeudi à vendredi par un groupe se présentant comme la "cyberarmée iranienne" qui voulait protester contre "l'ingérence sournoise" du site de micro-blogs dans les affaires de l'Iran.

Le co-fondateur du site, Biz Stone, a reconnu sur le blog officiel de l'entreprise que le fonctionnement "avait été momentanément en panne" ajoutant, sans donner plus de détails, que c'était "maintenant réparé".

"Nous ferons une mise au point avec plus d'informations et de détails une fois que nous aurons davantage enquêté", écrit M. Stone.

Les sites spécialisés, tel TechCrunch, indiquent que la panne a débuté vers 06H00 GMT vendredi et a duré près d'une heure. Durant cette période, les utilisateurs voulant consulter leurs comptes tombaient sur l'image d'un drapeau vert accompagné de la mention, écrite en anglais, "Ce site a été piraté par la cyberarmée iranienne".

"Au nom de Dieu, en tant qu'Iranien, en réponse à l'ingérence malfaisante de ce fournisseur de service aux ordres de fonctionnaires américains pour se mêler des affaires intérieures de notre pays, ce site est piraté à titre d'avertissement", proclame le texte rédigé en farsi.

"Si le chef l'ordonne, nous combattrons. S'il le veut, nous offrirons nos têtes (en sacrifice). S'il nous appelle à la patience, nous subirons en silence", ajoute le texte sans préciser l'identité du "chef" en question.

La panne a également affecté les recherches sur Twitter menées à partir de Google. En guise de résultat, les internautes tombaient sur un message indiquant "Ce site a été piraté par la cyberarmée iranienne", suivi d'un texte en farsi, indique TechCrunch.

La maniabilité de Twitter, qui permet à ses membres d'écrire de courts messages depuis un ordinateur ou un téléphone portable, a permis à l'opposition iranienne de relater les manifestations ayant suivi la reconduction controversée en juin de Mahmoud Ahmadinejad à la présidence de la République islamique, alors que Téhéran bloquait le travail des journalistes locaux et étrangers.

Le département d'Etat avait alors demandé à Twitter de reporter à plus tard une opération de maintenance qui aurait interrompu son utilisation par les manifestants iraniens. La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, avait ensuite défendu cette intervention de ses services auprès du site, estimant qu'il représentait un outil de communication "important" pour les Iraniens.

L'élection présidentielle du mois de juin a été le sujet le plus abordé en 2009 sur Twitter, a indiqué mercredi le site internet.

La semaine dernière, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a recommandé aux Etats-Unis d'utiliser Twitter et l'internet contre le régime iranien, selon des propos rapportés par la presse.

Première publication : 19/12/2009

  • MÉDIAS

    Les jours de la télévision de papa sont comptés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)