Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : Bamako espère que les groupes du Nord signeront l'accord de paix

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les milliardaires, toujours plus nombreux

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le show Netanyahou"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, bonne et mauvaise élève"

En savoir plus

DÉBAT

Netanyahou aux États-Unis : coup de froid entre Israël et la Maison Blanche

En savoir plus

DÉBAT

Boris Nemtsov assassiné : l'opposition russe punie ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La France mise à l'index pour sa législation sur la fessée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Grèce, Allemagne, Espagne… L'Agriculture européenne réformée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

La France, principale bénéficiaire de la PAC

En savoir plus

Amériques

Des guirlandes de concessions pour mener à bien la réforme de la santé

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 23/12/2009

Si le projet de réforme du système de santé américain est en passe d'être adopté jeudi au Sénat, sa mouture finale recèle un bon nombre de concessions qui lui permettrait d'obtenir le soutien des sénateurs récalcitrants.

Les Américains appellent cela des lois "sapin de Noël". La comparaison est de saison. Au fil des tractations politiques entre l’administration Obama, les sénateurs et les lobbies du secteur médical, la réforme du système de santé s’orne de multiples décorations qui sont autant de cadeaux dissimulés ou de renoncements. Le gouvernement estime que c’est à ce prix là que le texte, actuellement discuté au Sénat, va passer. Dernière guirlande en date : l’amendement Reid (document .pdf) - du nom de Harry Reid chef démocrate de la majorité au Sénat - qui ajoute 384 pages de nouvelles concessions. Petit florilège.

L’exception hawaïenne : l’État d’origine du président a tout simplement obtenu le droit de ne pas tenir compte de la réforme.

Le rachat de la Louisiane : la sénatrice démocrate Mary L. Landrieu a récupéré une provision de 300 millions de dollars pour la Louisiane afin de l’aider à financer l’élargissement de Medicaid, le programme d'assurance maladie pour les plus démunis.

Pas de concurrence fédérale : le sénateur indépendant Joseph I. Lieberman a obtenu l’abandon d’un plan d’assurance fédérale qui aurait pu concurrencer ceux des compagnies privées.

Pas de Medicare en-dessous de 65 ans : le même sénateur Lieberman s’est opposé avec succès à un élargissement aux personnes entre 55 et 65 ans de la couverture de Medicare, l'assurance santé publique fournie aux citoyens de plus de 65 ans.

La faculté de médecine du sénateur Dodd : le sénateur démocrate Chris Dodd ne s’opposera pas à la réforme. En contrepartie, son État, le Connecticut, va recevoir 100 millions de dollars pour des travaux à effectuer à la faculté de médecine du Connecticut.

La manne fédérale pour le Nebraska : en contrepartie de l’abandon de sa position anti-avortement, qui menaçait toute la réforme au Sénat, le sénateur Ben Nelson a gagné gros. Le Nebraska va recevoir une aide supplémentaire de l’État pour étendre le système de Medicaid et une compagnie d’assurance privée du coin (Mutual of Omaha) va être exemptée de taxes.

Medicare pour l’amiante : les habitants de Libby, dans le Montana, ont de quoi se réjouir. Leur sénateur, Max Baucus, a obtenu l’insertion de l’amiante comme critère d’éligibilité au système de santé Medicare. Et Libby est la zone où il y a le plus de personnes atteintes d’affections liées à l’amiante.

Mieux payés : les médecins des hôpitaux du Michigan, du Connecticut et les physiciens dans le Montana, les deux Dakota et le Wyoming vont pouvoir gagner plus lorsqu’ils auront affaire à des clients couverts par Medicare.

Pour parvenir à toutes ces concessions, les lobbies pharmaceutiques et de l’assurance ont été particulièrement dépensiers. L’industrie pharmaceutique a déboursé, selon le New York Times, 199 millions de dollars en un an rien qu’en lobbying contre le projet de réforme. Un record absolu.

Première publication : 22/12/2009

COMMENTAIRE(S)