Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Proche-Orient : Hébron, symbole d’une paix qui semble impossible

En savoir plus

SUR LE NET

Sony et Kim Jong-Un critiqués sur la Toile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

FRANCE

L'UMP déposera une proposition de loi sur le voile intégral en janvier

Vidéo par Nicolas GERMAIN , Audrey RACINE

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 21/01/2010

Le patron des députés UMP, Jean-François Copé, annonce le dépôt dès janvier d'une proposition de loi visant à interdire d'avoir le visage totalement couvert dans l'espace public. Et ce avant même les conclusions de la mission parlementaire.

Jean-François Copé veut une loi sur le voile intégral. Le président du groupe UMP à l’Assemblée réclame l’interdiction de se couvrir totalement le visage dans l'espace public et déposera une proposition de loi en janvier. Une déclaration qui relance la polémique alors que la mission parlementaire d’information sur la burqa ou le voile intégral - terme choisit par André Gérin, le président de la mission -, doit rendre ses conclusions dans un mois.

Lancée en juin 2009, la mission parlementaire d’information a débuté ses auditions le 8 juillet et a reçu 150 personnalités du monde associatif, culturel, religieux et politique. Après six mois de travaux, elle rendra ses conclusions fin janvier pour tenter de trouver une alternative législative à la pratique du voile intégral et préserver l’égalité hommes-femmes tout en respectant les croyances religieuses sans troubler l’ordre public. Cette question concernerait entre 300 et 3 000 femmes sur le territoire français. 

Un "piège"

En attendant les conclusions définitives de la mission, la classe politique ne cesse de se diviser sur le sujet. Nicolas Sarkozy s'est clairement prononcé en novembre. Pour lui, la France est un pays "où il n’y a pas de place pour la burqa". Mais des voix discordantes se font entendre au sein même de la majorité. Bernard Accoyer, juge "prématurée" la proposition de loi de Coppé qui a lieu "avant même l’aboutissement des travaux de la mission".  Le commissaire à la Diversité et membre de la mission parlementaire, Yazid Sabeg, avait, dès le début de la mission, déclaré que le débat sur le voile intégrale était "un piège", s’attirant la foudre d’autres membres de la mission qui réclamèrent sa démission.

Séculariser le débat

Du côté de l'opposition, la division règne aussi. André Vallini, député PS de l’Isère, évoque un "coup médiatique […] faisant peu de cas du travail d’une mission parlementaire", alors que les députés Manuel Valls et Aurélie Filippetti ont publié une tribune lundi dans le journal "Libération" réclamant l’interdiction du voile intégral dans "l’espace public et ses services". La secrétaire nationale du PCF, Marie-Georges Buffet, s’est déclarée favorable à "un développement de la laïcité, de la mixité et de la promotion du droit des femmes", tout en s’opposant au principe d’une loi qui ne résoudrait pas le problème.

Le débat s’annonce houleux, d'autant plus que la polémique sur les minarets et l’identité nationale lui ont emboités le pas. Ainsi, le juriste Guy Carcassonne, dans un entretien à l'AFP, préconise d’éviter la stigmatisation d’une religion en sécularisant le débat. Selon lui, la question épineuse du voile intégral tant sur le point des libertés religieuses qu’individuelles pourrait être évitée en interdisant par la loi toute dissimulation du visage sur le fondement de l’ordre et de la sécurité publique.


 

Première publication : 22/12/2009

COMMENTAIRE(S)