Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

Amériques

La ville de Mexico autorise le mariage homosexuel

Vidéo par Karim YAHIAOUI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/12/2009

Mexico est devenue la première capitale d'Amérique latine à autoriser le mariage entre personne du même sexe. Au grand dam de l'opposition conservatrice et de l'Église qui demandent au maire de ne pas promulguer la loi.

AFP - La ville de Mexico, administrée par la gauche minoritaire au niveau national, a autorisé lundi le mariage homosexuel, ce qui constitue une première en Amérique latine.

Les députés de l'Assemblée du District fédéral mexicain, autrement dit de la capitale, ont ainsi modifié l'article du code civil local qui spécifiait jusqu'à présent que "le mariage est l'union librement consentie entre un homme et une femme", a-t-on appris auprès de l'Assemblée.

La ville de Mexico avait déjà autorisé l'union civile homosexuelle -et non le mariage- en novembre 2006.

Le mariage entre personnes du même sexe n'est légal nulle part ailleurs en Amérique latine, même si leur union civile, à l'image du PACS (Pacte civil de solidarité) français, est reconnue dans plusieurs pays comme l'Uruguay et la Colombie ou l'Argentine.


La Cour suprême de Buenos Aires doit se prononcer sur l'autorisation de mariage entre deux hommes donnée par un juge, et annulée par un autre début décembre.

A Mexico, le mariage homosexuel a été approuvé "par 39 voix en faveur de la proposition, 20 contre et cinq abstentions", a confirmé Oscar Oliver, porte-parole du député de gauche Davi Razu, principal promoteur du projet.

Une controverse a surgi ensuite à propos de l'adoption par des couples homosexuels, dont l'interdiction initialement mentionnée dans le texte a été retirée par la majorité de gauche de l'Assemblée. L'opposition conservatrice a annoncé qu'elle introduirait un recours.

"Pendant des siècles, des lois injustes ont interdit les mariages entre blancs et noirs ou indiens et européens, on a interdit l'amour étranger (...) Aujourd'hui ces barrières ont disparu", s'est réjoui le député Victor Romo, du Parti de la révolution démocratique (PRD, gauche) du maire de la capitale, Marcelo Ebrard.

Une centaine de partisans du mariage "gay" manifestaient paisiblement devant l'Assemblée pendant les débats, plusieurs couples homosexuels échangeant des baisers, ont constaté les photographes de l'AFP.

"Il faut fêter cela. C'est un progrès social et culturel", a déclaré à l'AFP Antonio Medina, coordinateur de l'Agence mexicaine Notiese, spécialisée dans l'information sur les droits des homosexuels. "Nous espérons que les conservateurs ne vont pas tenter d'annuler le vote devant la Cour suprême", a-t-il ajouté.

L'Assemblée du gouvernement du District fédéral compte 66 députés, dont 42 du PRD ou apparentés.

Les débats ont été vifs entre la gauche et l'opposition locale de droite.

"C'est un bobard du PRD à fins électorales", a dénoncé un communiqué du Parti d'action nationale (PAN) du président conservateur mexicain Felipe Calderon, minoritaire dans l'Assemblée de la capitale.

Le PAN invoque la Loi fédérale de Sécurité sociale pour affirmer que "le conjoint est nécessairement du sexe opposé à celui de l'assuré".

La ville de Mexico, qui avait déjà autorisé l'union civile homosexuelle -et non le mariage- en novembre 2006 et dépénalisé l'avortement en avril 2007, s'affirme ainsi à nouveau à la pointe des réformes, dans un pays très catholique et où l'Eglise s'oppose fortement à ces initiatives.

Une vague conservatrice s'élève d'ailleurs actuellement dans le pays contre l'avortement, autorisé à Mexico alors qu'il est désormais passible de prison, jusqu'à 50 ans, dans la moitié du pays.

Dans le reste du Mexique, l'avortement n'est possible qu'en cas de viol, d'inceste ou de danger pour la santé de la mère.
 

Première publication : 22/12/2009

COMMENTAIRE(S)