Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Sports

Astana aurait commis une infraction pénale lors du Tour de France 2009

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/12/2009

Du matériel de perfusion interdit par l'AMA a été découvert dans les affaires de l'équipe Astana lors du Tour de France 2009. Astana comptait alors dans son effectif Lance Armstrong et le vainqueur du Tour, Alberto Contador.

AFP - Des kits de perfusion, proscrits par l'Agence mondiale antidopage (AMA), ont été découverts pendant le Tour de France 2009 dans le matériel médical de l'équipe Astana, celle de Lance Armstrong et du vainqueur du Tour Alberto Contador, a-t-on indiqué mercredi de source proche de l'enquête.

L'analyse de ce matériel, dans le cadre de l'enquête préliminaire menée par le parquet de Paris, a révélé la présence de ces kits de perfusion, précise-t-on de même source, confirmant une information du Monde.fr.

Toute perfusion sanguine est interdite par le code de l'AMA, qui précise que "la possession par un sportif (ou par un membre du personnel d'encadrement) d'une méthode interdite" constitue une infraction aux règles antidopage.

L'enquête préliminaire se poursuit et il est prématuré d'évoquer la commission d'une éventuelle infraction pénale, a-t-on ajouté de même source.

Le parquet de Paris avait ouvert au mois de juillet une enquête préliminaire après la découverte pendant le Tour de France 2009 de matériels médicaux comme des "seringues et des perfusions".

"Aucune trace de produit dopant n'a pour l'instant été retrouvée lors de l'analyse de ce matériel" de l'équipe Astana du vainqueur Alberto Contador, a-t-on ajouté.

Selon le Monde, des antihypertenseurs ont également été saisis. Ces médicaments ne sont pas interdits mais sont souvent utilisés pour traiter l'hypertension artérielle associée à la pratique de transfusions sanguines ou à la prise d'EPO, indique le journal.

D'autres analyses des produits et matériels retrouvés sont en cours pour identifier d'éventuelles autres substances, a précisé à l'AFP la source proche du dossier.

L'analyse du matériel médical récupéré a parallèlement permis d'identifier "sept profils génétiques différents", a indiqué cette source.

Leur identification ne pourra être réalisée que si l'Union cycliste internationale (UCI) transmet à la justice française les profils sanguins des coureurs, a-t-elle précisé.
 

Première publication : 23/12/2009

  • CYCLISME

    Le tracé du Tour 2010 dévoilé en pleine "affaire des seringues"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)