Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Trump défie l'Europe"

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ?

En savoir plus

FOCUS

L'Italie, une base arrière du jihadisme en Europe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Abd Al Malik : le "combattant de la culture" reprend les armes pour Camus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Les Russes ne sont pas nos ennemis", estime le futur président bulgare

En savoir plus

SCIENCES

Il y a 30 ans, Ariane filait vers les étoiles

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/12/2009

Le 24 décembre 1979, la première fusée Ariane partait à la conquête de l'espace. Avec 193 lancements au compteur, le programme spatial européen constitue aujourd'hui un véritable succès commercial. Malgré une concurrence accrue.

AFP - Trente ans après son premier envol depuis la base de Kourou en Guyane française qui a donné à l'Europe son autonomie d'accès à l'espace, la fusée Ariane est un succès commercial malgré la concurrence de plus en plus vive de rivaux moins chers, comme les Chinois.

A ce jour, il y a 193 lancements d'Ariane. Quelque 238 satellites de télécommunications (sur 277 au total) ont été placés en orbite, dont beaucoup en double lancement, une spécialité des fusées Ariane qui emportent sous leur coiffe deux satellites à la fois.



Le 24 décembre 1979, le premier vol d'essai du programme Ariane, décolle après une première tentative infructueuse neuf jours plus tôt.

Démarré en 1973 après un refus américain de lancer des satellites européens à visée commerciale, le programme Ariane tire les leçons des échecs à répétition de son prédécesseur Europa en se dotant d'une maîtrise d'ouvrage, confiée au Centre national d'études spatiales (Cnes) français.

A côté des lancements institutionnels de satellites scientifiques ou militaires, les lancements commerciaux ont pris de l'importance avec Ariane 4, dont le programme est décidé au niveau européen en 1982.

Pour le gros lanceur Ariane 5, "les dates clés sont 1984, lorsque la France a commencé à réfléchir à un avant-projet, 1987, quand l'Europe a décidé ce projet, 1996 avec le premier vol", a détaillé à l'AFP Jean-Yves Le Gall, Pdg d'Arianespace.

La possibilité, très coûteuse, de permettre à ce lanceur d'envoyer des astronautes dans l'espace, a été abandonnée dans les années 90. "Le programme Hermès est mort parce que l'Europe n'avait pas vraiment la volonté politique", se remémore Gérard Bréard, directeur technique Astrium Space Transportation.

Après un premier échec en 1996 et un autre lors du premier tir de la version lourde ECA en 2002, Ariane 5 s'affirme avec 35 tirs réussis d'affilée à ce jour.

Arianespace a tiré les leçons de ces difficultés de jeunesse en se spécialisant dans l'organisation des lancements et les services aux opérateurs de satellites, tandis qu'Astrium, la filiale espace du groupe européen d'aéronautique et de défense EADS, assure la maîtrise d'oeuvre pour la construction du lanceur.

Ariane 5 demeurera le lanceur unique pour les gros satellites dans les 10 à 15 ans qui viennent, en attendant un futur Ariane 6. En Guyane, les capacités européennes seront complétées pour les charges plus légères par le lanceur russe Soyouz dont le pas de tir est en cours d'achèvement, ainsi que par le lanceur de conception italienne Vega pour les satellites les plus petits.

Dans un contexte de concurrence planétaire de plus en plus vive marqué notamment par l'émergence de la Chine sur le marché des lanceurs de satellites, Arianespace mise sur la qualité de ses services.

"Il y a une pression très forte sur les prix: aujourd'hui, nous vendons beaucoup plus cher que nos compétiteurs", reconnaît Jean-Yves Le Gall. "Néanmoins, nous faisons la course en tête: nous aurons encore fait une très bonne année 2009 au niveau de la prise de commandes parce que nous garantissons la fabilité, la disponibilité, et l'interface unique pour nos clients", se félicite-t-il.

"Le double lancement "permet de diminuer l'écart de prix mais la bataille est rude", juge M. Bréard pour lequel ce principe n'a pas que des avantages, car les "opérateurs sont aujourd'hui avant tout des financiers". Et "voir son satellite stocké en attendant le copain, c'est de l'argent qui dort".

En mars, M. Le Gall s'était dit "choqué" parce que l'opérateur européen de satellites Eutelsat avait confié un lancement à la Chine.
 

Première publication : 24/12/2009

COMMENTAIRE(S)