Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • En direct : l'Algérie attend les résultats d'un scrutin déjà contesté

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

SCIENCES

Il y a 30 ans, Ariane filait vers les étoiles

©

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/12/2009

Le 24 décembre 1979, la première fusée Ariane partait à la conquête de l'espace. Avec 193 lancements au compteur, le programme spatial européen constitue aujourd'hui un véritable succès commercial. Malgré une concurrence accrue.

AFP - Trente ans après son premier envol depuis la base de Kourou en Guyane française qui a donné à l'Europe son autonomie d'accès à l'espace, la fusée Ariane est un succès commercial malgré la concurrence de plus en plus vive de rivaux moins chers, comme les Chinois.

A ce jour, il y a 193 lancements d'Ariane. Quelque 238 satellites de télécommunications (sur 277 au total) ont été placés en orbite, dont beaucoup en double lancement, une spécialité des fusées Ariane qui emportent sous leur coiffe deux satellites à la fois.



Le 24 décembre 1979, le premier vol d'essai du programme Ariane, décolle après une première tentative infructueuse neuf jours plus tôt.

Démarré en 1973 après un refus américain de lancer des satellites européens à visée commerciale, le programme Ariane tire les leçons des échecs à répétition de son prédécesseur Europa en se dotant d'une maîtrise d'ouvrage, confiée au Centre national d'études spatiales (Cnes) français.

A côté des lancements institutionnels de satellites scientifiques ou militaires, les lancements commerciaux ont pris de l'importance avec Ariane 4, dont le programme est décidé au niveau européen en 1982.

Pour le gros lanceur Ariane 5, "les dates clés sont 1984, lorsque la France a commencé à réfléchir à un avant-projet, 1987, quand l'Europe a décidé ce projet, 1996 avec le premier vol", a détaillé à l'AFP Jean-Yves Le Gall, Pdg d'Arianespace.

La possibilité, très coûteuse, de permettre à ce lanceur d'envoyer des astronautes dans l'espace, a été abandonnée dans les années 90. "Le programme Hermès est mort parce que l'Europe n'avait pas vraiment la volonté politique", se remémore Gérard Bréard, directeur technique Astrium Space Transportation.

Après un premier échec en 1996 et un autre lors du premier tir de la version lourde ECA en 2002, Ariane 5 s'affirme avec 35 tirs réussis d'affilée à ce jour.

Arianespace a tiré les leçons de ces difficultés de jeunesse en se spécialisant dans l'organisation des lancements et les services aux opérateurs de satellites, tandis qu'Astrium, la filiale espace du groupe européen d'aéronautique et de défense EADS, assure la maîtrise d'oeuvre pour la construction du lanceur.

Ariane 5 demeurera le lanceur unique pour les gros satellites dans les 10 à 15 ans qui viennent, en attendant un futur Ariane 6. En Guyane, les capacités européennes seront complétées pour les charges plus légères par le lanceur russe Soyouz dont le pas de tir est en cours d'achèvement, ainsi que par le lanceur de conception italienne Vega pour les satellites les plus petits.

Dans un contexte de concurrence planétaire de plus en plus vive marqué notamment par l'émergence de la Chine sur le marché des lanceurs de satellites, Arianespace mise sur la qualité de ses services.

"Il y a une pression très forte sur les prix: aujourd'hui, nous vendons beaucoup plus cher que nos compétiteurs", reconnaît Jean-Yves Le Gall. "Néanmoins, nous faisons la course en tête: nous aurons encore fait une très bonne année 2009 au niveau de la prise de commandes parce que nous garantissons la fabilité, la disponibilité, et l'interface unique pour nos clients", se félicite-t-il.

"Le double lancement "permet de diminuer l'écart de prix mais la bataille est rude", juge M. Bréard pour lequel ce principe n'a pas que des avantages, car les "opérateurs sont aujourd'hui avant tout des financiers". Et "voir son satellite stocké en attendant le copain, c'est de l'argent qui dort".

En mars, M. Le Gall s'était dit "choqué" parce que l'opérateur européen de satellites Eutelsat avait confié un lancement à la Chine.
 

Première publication : 24/12/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)