Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Orchestre national de Barbès : le collectif survolté joue sa "Dame de coeur"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Naufrage du ferry sud-coréen : le capitaine recherché

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

Asie - pacifique

Cinq ans après le tsunami, la prévention des risques pose toujours problème

©

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/12/2009

Le 26 décembre 2004, un immense raz-de-marée touchait le littoral de l'océan Indien, emportant 220 000 personnes. Depuis, des millions de dollars ont été consacrés à la reconstruction mais la prévention du danger chez les populations reste difficile.

AFP - Des systèmes d'alerte anti-tsunami ont été installés dans de nombreux pays asiatiques, cinq ans après la vague géante qui a déferlé sur l'océan Indien, mais les experts craignent que les futures générations finissent par oublier le danger et négligent de s'y préparer.

L'immense raz-de-marée qui a emporté quelque 220.000 personnes hante encore les plages et les villages côtiers des douze pays touchés par la pire catastrophe naturelle depuis des décennies.

Mais experts et responsables politiques savent que ce souvenir, aujourd'hui très vif, va peu à peu s'atténuer.

"Cinq ans après, la conscience du risque de tsunami est très importante. Je ne pourrais pas dire ce qu'il en sera dans cinq ou 10 ans", admet Sanny Ramos Jegillos, responsable régional de la prévention des crises au programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

"La raison pour laquelle c'est si difficile est qu'un tsunami, historiquement, ne frappe pas deux fois au même endroit dans la vie d'une ou de deux générations", explique-t-il.

"Le dernier tsunami à avoir frappé Sumatra, avant celui de 2004, était en 1907. Ca fait presque cent ans. C'est long pour s'assurer que les enfants s'en souviennent".

Depuis 2004, la générosité des pays donateurs a été sans égale et l'énergie des gouvernements assez remarquable.

L'Inde a déboursé 32 millions de dollars pour détecter dans l'océan Indien toute secousse de degré 6 ou plus sur l'échelle de Richter, en moins de 20 minutes. Le Sri Lanka est prêt à envoyer des alertes par SMS sur les téléphones portables. La Thaïlande s'est équipée de 103 tours avec haut-parleurs, dans six provinces.

Mais le plus compliqué, pour les autorités, est de déclencher une réaction efficace et sans panique, relève Al Panico, de la Fédération internationale de la croix-rouge et du croissant rouge (IFRC).

"Les messages parviennent effectivement au gouvernement quand un désastre est imminent. Là où il y a un problème, c'est pour le faire parvenir à ceux qui doivent agir, (...) aux gens sur le terrain", explique-t-il.

La Malaisie, relativement peu touchée en 2004 (68 morts), dispose de 17 stations de mesure des tremblements de terre. Mais les autorités insistent sur le besoin de convaincre les jeunes générations.

"Les tsunamis sont rares et quand un survient, le temps pour l'évacuation est très limité. Il est nécessaire de faire un travail d'éducation et de prise de conscience avec les populations à risque", explique Yap Kok Seng, patron du département de météorologie.

L'Indonésie, qui a enregistré à elle seule les quatre cinquièmes des victimes du tsunami, semble beaucoup plus en retard.

"Beaucoup d'Indonésiens n'ont aucune idée de ce que c'est que la réduction des risques de tsunami", regrette Danny Hilman Natawidjaja, expert de l'Institut des Sciences d'Indonésie. "Les exercices de l'Agence de gestion des catastrophes sont inefficaces, ils ont beaucoup à apprendre".

Le 26 décembre 2004, à Phuket, dans le sud de la Thaïlande, la petite britannique Tilly Smith, 10 ans, avait su se servir d'une leçon de géographie pour identifier le tsunami avant que la vague ne déferle sur la plage. Elle avait sauvé une centaine de touristes en les poussant à fuir.

"Nous devons préparer les prochaines générations et cela ne peut se faire sans un travail de prise de conscience dans les programmes scolaires", insiste Sanny Ramos Jegillos. "Tous les programmes de l'école devraient avoir un chapitre sur la science des tsunamis".

Première publication : 26/12/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)