Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

A supprimer

Huit militaires interpellés dans l'affaire du complot présumé contre le vice-Premier ministre

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/12/2009

Les autorités ont interpellé huit militaires soupçonnés d'ourdir un complot contre le vice-Premier ministre Bülent Arinc, alimentant les rumeurs sur une dégradation des relations entre l'armée et le gouvernement d'Erdogan.

AFP - Huit militaires turcs ont été interpellés par les autorités dans le cadre d'une investigation sur un complot présumé visant un vice-Premier ministre, a indiqué samedi l'armée sur son site internet.

Ce personnel militaire a été placé sous contrôle judicaire dans une caserne après une perquisition effectuée vendredi soir par un procureur civil dans une garnison d'Ankara qui abrite les locaux des forces spéciales de l'armée de terre, précise un communiqué en ligne.

Le texte ne précise pas s'ils seront entendus par des procureurs et déférés éventuellement devant une Cour.

Des journaux turcs ont évoqué la semaine dernière, après l'interpellation puis la libération de deux officiers, l'hypothèse qu'ils ourdissaient un complot contre le vice-Premier ministre Bülent Arinc et planifiaient une attaque contre sa personne du fait qu'ils avaient été arrêtés par la police non-loin de son domicile en centre-ville de la capitale turque.

Selon un communiqué de l'armée publié après cet incident, les deux hommes menaient une enquête sur une taupe de l'armée soupçonnée d’être l’auteur de fuites.

Certains articles ont lié les deux hommes à des suspects cités dans l’enquête sur Ergenekon, un présumé réseau ultranationaliste visant à renverser le gouvernement islamo-conservateur, une affaire actuellement devant la justice.

Cette nouvelle affaire a alimenté des rumeurs de tensions croissantes entre le Parti de la justice et du développement (AKP) du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, qui prend ses racines dans l’islamisme, et l’armée qui se veut garante de la Constitution laïque turque et qui a fait quatre coup d'Etats depuis 1960.

L’enquête sur Ergenekon a obtenu au départ le soutien de l'opinion publique mais ce soutien s’est effrité lorsqu'elle s’est élargie à des opposants au gouvernement qui n’entretenaient pas de liens avec le camp nationaliste.
 

Première publication : 26/12/2009

COMMENTAIRE(S)