Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Huppert et Depardieu dans "Valley of love"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Irlande prête à dire "Oui" au mariage gay ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise au Burundi : Explosion de grenades à Bujumbura

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les 1001 vies d'Abderrahmane Sissako

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Organisation de l'État Islamique, Ramadi, Palmyre, les jihadistes consolident leur position

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La croissance verte : une chance pour les entreprises ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les coulisses de la gastronomie française

En savoir plus

#ActuElles

Les Méditerranéennes en mouvement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Isabelle Huppert, Gérard Depardieu et "Le Petit Prince" sur la Croisette!

En savoir plus

Moyen-orient

Netanyahou pessimiste quant à un accord sur la libération du soldat Shalit

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/12/2009

"Il n'y a pas d'accord et il n'est pas du tout certain à mes yeux qu'il y en aura un", affirme le Premier ministre israélien au sujet des négociations sur la libération du soldat Gilad Shalit, détenu par le Hamas depuis plus de 3 ans.

AFP - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé dimanche qu'il n'y avait pas encore d'accord avec le Hamas sur la libération du soldat israélien Gilad Shalit, et qu'il n'était "pas du tout certain" qu'il y en aurait un.

"Pour le moment, il n'y a pas d'accord et il n'est pas du tout certain à mes yeux qu'il y en aura un", a indiqué M. Netanyahu, cité par un haut responsable avant la réunion hebdomadaire du conseil des ministres.

"Si nous recevons une véritable proposition, je la présenterai devant le gouvernement, mais nous n'en sommes pas encore là et je ne sais pas si nous allons y arriver", a-t-il ajouté.

M. Netanyahu a fait cette déclaration après avoir annoncé qu'il se rendrait en Egypte mardi, au moment où les négociations indirectes sur un échange de prisonniers avec le Hamas traversent une phase cruciale.

"J'ai l'intention de me rendre en Egypte mardi pour y rencontrer le président Hosni Moubarak", a-t-il annoncé aux journalistes.

Cette visite fera suite à celle en Israël, la semaine dernière, du chef des renseignements égyptiens, le général Omar Souleimane.

Lors de son bref séjour, le général Souleimane avait discuté avec les dirigeants israéliens d'un éventuel échange de près de 1.000 prisonniers palestiniens contre Gilad Shalit.

Israël et le Hamas mènent des négociations indirectes, parrainées par l'Egypte avec l'aide d'un médiateur allemand, en vue de la libération du jeune tankiste israélien.

Le gouvernement israélien a apparemment accepté la semaine dernière le principe de l'élargissement de centaines de détenus palestiniens contre le soldat, mais il s'oppose au retour en Cisjordanie d'un certain nombre d'entre eux, condamnés pour des attentats anti-israéliens particulièrement meurtriers.

Le Hamas a rejeté à ce stade ces conditions en accusant le gouvernement israélien d'"entraver" l'accord tout en assurant "n'avoir pas fermé la porte à des négociations".

M. Netanyahu a par ailleurs souligné dimanche que le récent assassinat d'un colon juif par un commando palestinien près de Naplouse justifiait les craintes que l'élargissement de détenus palestiniens conduise à de nouveaux attentats après deux années de calme relatif en Cisjordanie.

L'armée israélienne a tué samedi à Naplouse trois activistes palestiniens qu'elle accuse d'avoir assassiné le colon israélien, dont un qui était sorti de prison.

"La crainte que des terroristes puissent reprendre leurs activités est un élément-clé dans les négociations sur Gilad Shalit. La sécurité de nos concitoyens, en particulier ceux de Judée-Samarie (nom biblique de la Cisjordanie), est cruciale", a insisté M. Netanyahu.

Le sergent Shalit, 23 ans, qui a également la nationalité française, a été capturé le 25 juin 2006 à la lisière de la bande de Gaza par un commando palestinien. Il est détenu depuis par le Hamas.

Première publication : 27/12/2009

COMMENTAIRE(S)