Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

États-Unis-France : les taxes de la discorde

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Loi asile-immigration : "hystérisation" ou "Bérézina morale"?

En savoir plus

L’invité du jour

Jean-Claude Heudin : "L’intelligence artificielle, c’est un peu comme la force dans Star Wars"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Emmanuel Macron courtise Donald Trump, mais est-ce bien utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Herman Van Rompuy : "On ne convaincra les Européens qu'avec des résultats"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Consultations citoyennes : les 27 vont débattre, mais de quoi ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

LIGNE DIRECTE

Surpêche et pollutions au Bénin : les images pour sauver le lac Nokoué

En savoir plus

Asie - pacifique

La famille du Britannique condamné à mort se mobilise pour empêcher son exécution

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 29/12/2009

Condamné pour trafic de drogue, Akmal Shaikh doit être exécuté mardi. Sa famille entend remettre une demande de grâce au président Hu Jintao. Si sa peine n'est pas commuée, il sera le premier Européen exécuté en Chine depuis 50 ans.

Le Britannique condamné à mort en Chine pour trafic de drogue a reçu la visite de sa famille, qui lutte toujours auprès des autorités pour obtenir sa grâce. Il doit être exécuté mardi, après la confirmation de sa peine le 21 décembre par la Cour suprême.
Pour la première fois en deux ans, Akmal Shaikh a pu s’entretenir avec des cousins pendant plus d’une heure à l’hôpital d’Urumqi, dans la province du Xinjiang, où il est détenu avant son exécution.


Ses proches appellent à la clémence pour cet homme de 53 ans et père de trois enfants, qui souffrirait, selon eux, de problème psychiatriques. Ses avocats tentent également de mobiliser l’opinion internationale. S'il est exécuté, il serait le premier Européen depuis cinquante ans à subir ce sort.


Appels à la clémence


Akmal Shaikh a été arrêté en septembre 2007 au Xinjiang en possession de quatre kilos d'héroïne. Sa famille est convaincue que des criminels ont profité de sa vulnérabilité psychologique pour lui faire transporter de la drogue.


Après leur visite, ses cousins doivent remettre une demande de grâce adressée au président chinois Hu Jintao, lui demandant que soit menée une "évaluation complète" de la santé mentale du condamné.


Côté diplomatique, Londres prend également le sujet au sérieux. Le Premier ministre Gordon Brown a déjà évoqué à plusieurs reprise le cas d'Akmal Shaikh auprès des dirigeants chinois, tandis que des employés de l’ambassade britannique en Chine ont lancé des appels à la clémence.


Mais Pékin assure qu’il n’y a pas lieu de s’émouvoir de cette affaire où "la procédure judicaire a été respectée conformément à la loi". Une porte-parole de l’ambassade chinoise justifie ainsi la condamnation du Britannique : "Le trafic de drogue est un crime sérieux dans la pratique internationale." Et soutient que la justice britannique se serait elle aussi montrée sévère face à un tel cas.


Une manifestation de soutien à Akmal Shaikh doit se tenir ce lundi devant l’ambassade chinoise à Londres.

 

Première publication : 28/12/2009

COMMENTAIRE(S)