Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Clinton - Trump : un premier face-à-face décisif

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Synapson, révélation de la scène électro tricolore

En savoir plus

L'ENTRETIEN

IBK : "Pas de troubles dans le nord du Mali mais des difficultés à Kidal"

En savoir plus

FOCUS

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Turquie furieuse après la dégradation de sa note souveraine.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À Alep, la barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton vs. Trump, l'eau et le feu"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"2016 sera une année record pour le tourisme en Grèce"

En savoir plus

EUROPE

Moscou fait du chantage au pétrole à l'Union européenne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/12/2009

La Russie menace d'interrompre ses livraisons de pétrole via l'Ukraine à la Slovaquie, la Hongrie et la République tchèque. En cause : le conflit sur les prix qui oppose Moscou et Kiev.

AFP - La Russie a averti l'Union européenne d'une possible interruption de ses livraisons de pétrole via l'Ukraine à trois pays de l'UE en raison d'un conflit sur les prix entre Moscou et Kiev, a indiqué lundi le gouvernement slovaque citant une lettre de la Commission européenne.

La Russie a annoncé "la possibilité de suspendre les livraisons de pétrole à (...) la Slovaquie, la Hongrie et la République tchèque", a précisé le gouvernement slovaque dans un communiqué, en citant une lettre de la direction générale de la Commission chargée de l'énergie et des transports.

"Des problèmes non résolus entre la Fédération de Russie et l'Ukraine sont la raison invoquée", a précisé le gouvernement.

Le Premier ministre slovaque Robert Fico a convoqué une réunion d'urgence du Conseil de sécurité du pays à partir de 14H00 (13H00 GMT), a précisé le communiqué. Une conférence de presse suivra cette réunion.

 

Première publication : 28/12/2009

COMMENTAIRE(S)