Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

Afrique

Umar Abdulmutallab, étudiant "brillant" et islamiste radical

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/12/2009

Élevé dans une famille nigériane aisée, le responsable présumé de la tentative d'attentat sur le vol Amsterdam-Detroit possède le CV d'un étudiant modèle. Malgré des positions religieuses radicales qu'il na jamais cachées.

Un père riche et influent, des études brillantes et une maison dans l’un des plus beaux quartiers de Londres... Umar Abdulmutallab avait tout pour mener une vie bien rangée et sans souci. Aujourd’hui, ce jeune Nigérian de 23 ans est connu à travers le monde pour avoir tenté de faire sauter un avion peu avant son atterrissage à Detroit, le soir de Noël.

Dans un communiqué publié lundi, son père, l’un des plus importants hommes d’affaires et ancien ministre nigérian, a indiqué qu’il avait prévenu, il y a deux mois, les autorités américaines des vues radicales de son fils. Ce dernier avait d'ailleurs coupé les ponts avec sa famille et son changement de personnalité "était très récent".

Le parcours du jeune terroriste ne laisse pas en tout cas d'intriguer. Ses anciens camarades de classe et professeurs d'université le dépeignent comme un élève modèle. Après un passage à l’École internationale britannique de Lomé, au Togo, il aurait suivi des études d’ingénieur à l’University College de Londres - ce que l'établissement cherche à confirmer - et entamé un cursus de management d’affaires à Dubaï.

"Le rêve de tout enseignant"

"Il incarnait le rêve de tout enseignant, très motivé, enthousiaste, poli et brillant", a affirmé à la BBC, samedi, Michael Rimmer, l’un de ses anciens professeurs à Lomé. Même son de cloche chez certains de ses camarades : "Il était très sociable, le mec parfait pour aller boire un verre", raconte, toujours à la BBC, Efemena Mokedi.

Pourtant, Umar Abdulmutallab avait une part d’ombre… qu'il ne dissimulait pas toujours. "Après les attentats du 11-Septembre, il avait été le seul à défendre les Taliban", se rappelle Michael Rimmer qui, à l'époque, avait mis cette prise de position sur le compte de la jeunesse. D’autres échos font état de prosélytisme religieux auprès de camarades à l’école. A Lomé, il avait gagné le surnom d'"Alfa", un surnom local pour un étudiant en religion.

Interdit de territoire au Royaume-Uni

Sa radicalité était d’ailleurs connue. Le quotidien nigérian "This Day" rapporte que selon "plusieurs sources familiales, son père était inquiet depuis un certain temps des positions de son fils". Umar Abudlmutallab était d’ailleurs inscrit depuis un mois sur une liste des services américains de contre-terrorisme de 500 000 personnes ayant des liens supposés avec les milieux terroristes. Mais il ne faisait pas partie des 4 000 personnes interdites d’entrée sur le territoire américain. En revanche, en mai dernier, le Royaume-Uni avait refusé de lui délivrer un visa car il était sur une liste de personnes surveillées.

Restent ses liens supposés avec Al-Qaïda. Lui-même affirme que c’est le réseau terroriste d’Oussama Ben Laden qui lui a appris comment faire exploser une bombe au Yémen, où il s’était rendu après avoir abandonné ses études à Dubaï, selon des membres de sa famille. Mais Janet Napolitano, la secrétaire à la Sécurité intérieure de l’admnistration Obama, a affirmé, dimanche, sur CNN qu’il n’y " avait aucune indication" sur son appartenance à un réseau plus large.

Première publication : 28/12/2009

COMMENTAIRE(S)