Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Je rêvais d'un autre monde"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Syrie: la Turquie sur tous les fronts

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : au Niger, les enfants de plus en plus touchés par la malnutrition

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Tonino Benacquista, roi du romanesque

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Montebourg, Sarkozy : leurs propositions pour redresser l'économie française

En savoir plus

LE DÉBAT

Destruction des mausolées de Tombouctou : un procès historique devant la CPI

En savoir plus

LE DÉBAT

Destruction des mausolées de Tombouctou : un procès historique devant la CPI (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'État français a-t-il volontairement omis des détails dans un rapport sur Renault ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Feu vert de la Cour Suprême à l'exécution du Britannique Akmal Shaikh

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/12/2009

La Cour suprême chinoise a approuvé la peine de mort pour trafic de drogue prononcée contre le Britannique Akmal Shaikh, estimant que les "éléments fournis" ne permettaient pas de prouver que celui-ci souffrait de maladie mentale.

AFP - La Cour suprême chinoise a approuvé la peine de mort pour trafic de drogue contre le Britannique Akmal Shaikh, a annoncé mardi l'agence Chine Nouvelle, apportant la première confirmation de sa prochaine exécution.


Reprieve, une ONG d'aide juridique dont le siège est à Londres, avait indiqué que l'exécution de cet homme de 53 ans devait avoir lieu mardi à 02H30 GMT. D'ultimes efforts, notamment de la part de la Grande-Bretagne et de la famille, ont été menés pour empêcher l'exécution de cet homme que Londres et ses proches disent malade mental.

"Les éléments fournis par la partie britannique n'ont pas suffi à prouver qu'Akmal (Shaikh) souffre de maladie mentale", a annoncé la Cour suprême citée par l'agence officielle.

"L'enquête de la Cour montre que rien ne permet de soupçonner une maladie mentale chez Akmal, en conséquence la demande (en ce sens) dans ce cas n'est pas acceptable"

 

Première publication : 29/12/2009

  • CHINE

    La famille du Britannique condamné à mort se mobilise pour empêcher son exécution

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)