Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Asie - pacifique

Feu vert de la Cour Suprême à l'exécution du Britannique Akmal Shaikh

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/12/2009

La Cour suprême chinoise a approuvé la peine de mort pour trafic de drogue prononcée contre le Britannique Akmal Shaikh, estimant que les "éléments fournis" ne permettaient pas de prouver que celui-ci souffrait de maladie mentale.

AFP - La Cour suprême chinoise a approuvé la peine de mort pour trafic de drogue contre le Britannique Akmal Shaikh, a annoncé mardi l'agence Chine Nouvelle, apportant la première confirmation de sa prochaine exécution.


Reprieve, une ONG d'aide juridique dont le siège est à Londres, avait indiqué que l'exécution de cet homme de 53 ans devait avoir lieu mardi à 02H30 GMT. D'ultimes efforts, notamment de la part de la Grande-Bretagne et de la famille, ont été menés pour empêcher l'exécution de cet homme que Londres et ses proches disent malade mental.

"Les éléments fournis par la partie britannique n'ont pas suffi à prouver qu'Akmal (Shaikh) souffre de maladie mentale", a annoncé la Cour suprême citée par l'agence officielle.

"L'enquête de la Cour montre que rien ne permet de soupçonner une maladie mentale chez Akmal, en conséquence la demande (en ce sens) dans ce cas n'est pas acceptable"

 

Première publication : 29/12/2009

  • CHINE

    La famille du Britannique condamné à mort se mobilise pour empêcher son exécution

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)