Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 30/12/2009

Le poids des universités dans la contestation du régime

Les journalistes occidentaux qui ont le droit d’entrer en Iran sont de plus en plus rares depuis l’élection contestée de Mahmoud Ahmadinejad il y a 6 mois. L’un de nos journalistes, Alain Chabod, a cependant pu se rendre à Téhéran et s’intéresser au noyau de la contestation politique : les Universités.

L'Université de Téhéran est l'un des espaces publics où se côtoient et parfois s'affrontent partisans et opposants du pouvoir. Située au centre de la capitale iranienne, c'est la plus ancienne et la plus réputée des universités publiques du pays.  C'est ici qu’a lieu chaque semaine la Grande Prière du Vendredi, une cérémonie phare de la théocratie iranienne qui rassemble des milliers de fidèles. En semaine, c'est un lieu d'enseignement mais aussi une agora où l'on débat de politique, plus ou moins discrètement. FRANCE 24 a pu se rendre à l'Université de Téhéran, quatre jours avant les débordements du dimanche 27 décembre.

 
Les autorités nous avaient accordé une autorisation valable pour une heure de reportage, le temps pour nos journalistes d'interviewer les étudiants. Beaucoup hésitent à se livrer face aux caméras occidentales rarissimes dans le pays depuis les élections de juin dernier. Les opinions sur la situation actuelle dans le pays sont partagées. "La liberté d’expression est totale ici", nous assure une étudiante en foulard, le regard fuyant.
 
Un peu plus loin, en plein cœur du campus, s’élève la mélopée d’une prière de deuil. Il s’agit d’un rassemblement interdit en mémoire de l’Ayatollah Montazeri l’une des figures de l’opposition qui est décédé le dimanche précédent. Une vingtaine d’étudiants brandissent pacifiquement des portraits du leader religieux disparu. Fondus dans le paysage, des bassidjis - les miliciens du régime - sont aux aguets. Un garde de l’université nous demande d’arrêter de filmer. Nous nous exécutons.
 
Dans une allée du campus, un groupe d’étudiantes au look occidental discutent. Elles acceptent de témoigner, mais pas à visage découvert. L’une d’elles tient à ce que nous filmions ses baskets aux lacets verts, la couleur de ralliement de l’opposition.  "Les opposants ne peuvent pas s’exprimer et il n’existe aucune organisation d’opposition estudiantine !", déplore-t-elle.
 
"Ici, à l’université, les opposants sont peu nombreux et isolés, renchérit l'une de ses amies, étudiante en arts. Ils sont très vite identifiés par le comité de vigilance islamique et ils finissent pas être expulsés".
 
Parmi ces étudiantes au franc parler, l’une souhaite quitter l’Iran pour aller étudier aux Etats-Unis. Une autre nous avoue avoir passé une semaine en prison après les élections pour avoir participé aux manifestations, elle est toujours en attente de jugement.
 

Par Alain CHABOD

COMMENTAIRE(S)

Les archives

27/08/2014 Syrie

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

Depuis octobre 2013, la ville de Milan est devenue un point de transit important pour ceux qui fuient la guerre en Syrie. Nos correspondantes en Italie, Seema Gupta et Natalia...

En savoir plus

23/07/2014 Sénégal

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

Plusieurs régions du Sénégal sont actuellement menacées par l'insécurité alimentaire. C’est le cas en Casamance, où les mauvaises récoltes et la présence d’une rébellion armée...

En savoir plus

26/08/2014 guerre

Le "Russian jihad" ou ces combattants russes partis faire la guerre en Ukraine

Depuis le début de la crise ukrainienne, Kiev accuse Moscou d’envoyer des armes et des hommes sur son territoire. Des accusations rejetées par les autorités russes. Pourtant, des...

En savoir plus

25/08/2014 Ferguson

Ferguson sous tension pour les obsèques de Michael Brown

Plusieurs milliers de personnes sont attendues, lundi 25 août à Ferguson, dans le Missouri, pour les funérailles de Michael Brown, un jeune Afro-Américain abattu par un policier...

En savoir plus

21/08/2014 Barack Obama

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

Aux États-Unis, le salaire minimum au niveau fédéral est fixé à 7,25 dollars de l'heure (5,40 euros). Cependant chaque État ou ville a le droit de faire voter une loi locale pour...

En savoir plus