Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

  • Christophe de Margerie : disparition d’un patron Total

    En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Confusion autour de la tenue du procès de Simone Gbagbo mercredi

    En savoir plus

  • Un présumé terroriste canadien abattu après avoir fauché deux militaires

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Ligue des Champions : à Nicosie, le PSG veut consolider sa première place

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'ONU recense une nette hausse du nombre de civils tués en Afghanistan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/12/2009

Selon l'ONU, le nombre de civils tués en marge des combats en Afghanistan a augmenté de 10 % sur les dix premiers mois de 2009. Près de 70% d'entre eux ont péri dans des attaques ou des attentats perpétrés par les insurgés.

AFP - Le nombre de civils tués en Afghanistan a augmenté de 10% sur les dix premiers mois de 2009, a annoncé mardi à l'AFP la mission de l'ONU en Afghanistan (Unama), alors que la présidence afghane a de nouveau accusé les forces internationales de faire trop de victimes civiles.

Selon les chiffres de l'Unama, 2.038 civils ont été tués entre début janvier et fin octobre, contre 1.838 durant la même période de l'année précédente.

L'ONU annoncera début janvier les chiffres globaux pour l'ensemble de l'année 2009. Ils pourraient dépasser ceux de l'année 2008, qui avait vu une hausse brutale de 40% du nombre de civils tués (2.118) par rapport à 2007.

Depuis le début de l'année, 69% des victimes (1.404) ont péri dans des attentats, attaques et assassinats perpétrés par les insurgés, selon l'ONU, soit une augmentation probable par rapport à 2008 où 55% des civils tués avaient péri de la main des "éléments anti-gouvernementaux".

Par ailleurs, 468 autres Afghans ont été tués par les forces afghanes et les troupes étrangères (Otan et coalition américaine), notamment dans des bombardements visant des rebelles.

Et 166 personnes ont été tuées par d'"autres acteurs" qui n'ont pas pu être identifiées (insurgés, armée, police), selon l'Unama.

Les civils sont les premières victimes des bombes artisanales posées par les rebelles pour frapper convois et patrouilles militaires.

Depuis trois ans, la rébellion menée par les talibans a gagné du terrain en dépit de l'augmentation régulière du nombre de soldats étrangers, qui atteint aujourd'hui 113.000, dont environ 71.000 Américains, avant l'arrivée programmée de quelque 37.000 renforts américains et de leurs alliés de l'Otan.

Le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a assuré récemment que la réduction des pertes civiles était "une priorité" des troupes occidentales.

Mais les bavures lors des bombardements des forces internationales continuent de provoquer la colère de la population et des autorités afghanes, en particulier du président Hamid Karzaï.

"Actuellement, nous menons 60% des opérations, notre armée fait 60% des opérations et là où l'armée afghane mène l'opération, les pertes civiles sont moins élevées que là où nous ne les menons pas", a ainsi accusé mardi le porte-parole de la présidence afghane, Waheed Omar.

Lundi, M. Karzaï avait accusé les forces internationales d'avoir tué dix civils, dont huit écoliers, samedi dans l'est du pays. "Le président a condamné fermement l'incident. Plus d'efforts doivent être faits pour empêcher ce genre d'incidents", a souligné mardi son porte-parole.

"La question des pertes civiles ne sera jamais retirée des priorités du gouvernement. Nous parlerons de cela à la conférence de Londres (le 28 janvier, ndlr). Un des moyens qui aiderait à éviter ces pertes civiles serait de mettre en pointe les forces afghanes de sécurité", a-t-il ajouté.

De son côté, l'armée américaine a vu le nombre de ses soldats tués en un an doubler en 2009. Elle aura perdu cette année pratiquement autant d'hommes que pendant les trois années cumulées de 2005, 2006 et 2007.
 

Première publication : 29/12/2009

COMMENTAIRE(S)