Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

EUROPE

Poutine plaide pour un renforcement du "système offensif" russe

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/12/2009

Le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, a plaidé pour le développement des armes offensives de son pays. Objectif : maintenir un équilibre avec les États-Unis, qui mettent en place un système de défense antimissile en Europe.

AFP - La Russie doit développer ses "armes offensives" pour faire face au bouclier antimissile américain et maintenir l'équilibre stratégique avec les Etats-Unis, a déclaré mardi le Premier ministre russe Vladimir Poutine, cité par les agences russes.

"Pour garder l'équilibre sans développer un système de défense antimissile comme le font les Etats-Unis, nous devons développer les systèmes offensifs", a déclaré M. Poutine, en déplacement à Vladivostok (Extrême-Orient russe) cité par l'agence Interfax.

"Avec un 'parapluie', nos partenaires se sentiront en sécurité et feront tout ce qu'ils voudront, l'équilibre sera brisé et il y aura plus d'agressivité dans la politique et dans l'économie", a-t-il poursuivi, selon l'agence Itar-Tass.

Les Etats-Unis ont annoncé en septembre qu'ils renonçaient à un projet de bouclier antimissile en Europe de l'Est élaboré sous le président George W. Bush et que Moscou considérait comme une menace contre sa sécurité.

Le président Barack Obama a depuis décidé de troquer ce projet, qui était centré sur une menace de tirs de missiles de longue portée, contre un système plus flexible, protégeant plutôt contre des armes de courte et moyenne portée, une position en principe satisfaisante pour Moscou.

Par ailleurs, les déclarations de M. Poutine interviennent alors que la Russie et les Etats-Unis négocient depuis de longs mois un nouveau traité de désarmement nucléaire pour succéder à l'accord START, datant de 1991 et qui a expiré le 5 décembre.

A ce sujet, le chef du gouvernement russe a jugé mardi que les pourparlers, interrompus fin décembre en raison des fêtes de fin d'année, se déroulaient de manière "positive".

Quant aux "règles sur la limitation des armements comprises uniformément, facilement vérifiables, transparentes, l'existence de telles règles est mieux que leur absence", a déclaré le Premier ministre russe.

En s'exprimant sur ces sujets, M. Poutine s'est engagé sur un terrain généralement réservé au président Dmitri Medvedev, qui, avec son homologue américain, Barack Obama, tentent de parvenir à un compromis sur le désarmement.

Lors d'un sommet Obama-Medvedev en juillet à Moscou, deux objectifs avaient ainsi été fixés: abaisser dans une fourchette de 1.500 à 1.675 le nombre de têtes nucléaires (contre 2.200 actuellement) et dans une fourchette de 500 à 1.100 le nombre de vecteurs.

Bien qu'il ne soit plus au Kremlin depuis un an et demi, Vladimir Poutine est encore considéré comme l'homme fort du pays.

Première publication : 29/12/2009

COMMENTAIRE(S)