Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

Economie

Une romancière chinoise porte plainte contre Google

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/12/2009

L'écrivain à succès Mian Mian accuse Google d'avoir numérisé illégalement son troisième roman intitulé "Acid Lovers". L'auteur réclame 6 100 euros de dommages et intérêts au célèbre moteur de recherche américain.

AFP - Un tribunal de Pékin a commencé mardi à examiner une plainte de la sulfureuse auteure de Shanghai, Mian Mian, contre Google pour violation de droits d'auteur, la première en Chine visant le géant américain pour sa bibliothèque en ligne, a annoncé son avocat.

Mian Mian, connue pour ses romans qui mettent en scène une jeunesse qui s'adonne frénétiquement au sexe, à l'alcool et la drogue, a intenté une action pour violation des droits d'auteur contre le moteur de recherches américain pour sa bibliothèque en ligne.

"L'audience a duré deux heures", a indiqué à l'AFP l'avocat, Me Sun Jingwei, qui a simplement ajouté que la procédure ne rentrerait pas vraiment dans le vif du sujet avant mars prochain.

Le porte-parole de Google en Chine n'était pas joignable.

Mian Mian, 39 ans, qui a connu la célébrité avec "Les Bonbons chinois" en 2000, réclame 61.000 yuan (environ 6.100 euros) de dommages et intérêts. Elle accuse Google d'avoir numérisé illégalement son troisième roman "Acid Lovers", a expliqué Me Sun.

Les livres de Mian ont été traduits dans de nombreuses langues mais restent interdits en Chine, où ils circulent sous le manteau.

En novembre, Pékin avait accusé Google d'avoir violé les droits d'auteurs des livres chinois numérisés et appelé les auteurs à "défendre leurs droits".

Deux organisations d'écrivains chinois ont accusé Google de numériser leurs oeuvres sans autorisation et réclamé des dommages et intérêts "le plus vite possible".

Au moins 80.000 livres d'auteurs chinois, selon la presse, se trouvent dans Google Books, une bibliothèque en ligne pour laquelle le groupe souhaite numériser des millions de livres.

Le projet a également soulevé de fortes oppositions dans le reste du monde, notamment aux Etats-Unis, en France et en Allemagne.

Aux Etats-Unis, Google, la Guilde des auteurs et l'Association des éditeurs américains étaient parvenus à un accord en octobre 2008 à la suite de l'action intentée en 2005 par les auteurs et éditeurs contre la firme californienne.

L'accord, qui doit être révisé, prévoit notamment que Google verse 125 millions de dollars pour rémunérer les auteurs dont les oeuvres auraient été numérisées sans autorisation.

En France, la justice a interdit ce mois-ci à Google de poursuivre la numérisation d'ouvrages sans l'autorisation des éditeurs.

 

Première publication : 29/12/2009

COMMENTAIRE(S)