Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

Amériques

La CIA réfute tout dysfonctionnement dans le suivi du dossier Abdulmutallab

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/12/2009

Selon plusieurs médias américains, la CIA aurait pu prévoir la tentative d'attentat dont le vol Amsterdam-Detroit de la compagnie Northwest Airlines a été victime, le 25 décembre. Une accusation dont l'agence se défend.

AFP - La CIA s'est défendue mercredi de n'avoir pas suffisamment diffusé les informations qu'elle détenait au sujet du Nigérian qui a tenté de faire sauter un avion de ligne américain le jour de Noël, comme l'affirment des médias américains.

"Nous avons obtenu des informations sur Umar Farouk Abdulmutallab en novembre, quand son père s'est rendu à l'ambassade des Etats-Unis au Nigeria", puis "nous avons travaillé avec l'ambassade pour nous assurer qu'il était dans la base de données gouvernementale de personnes susceptibles d'avoir un lien avec le terrorisme, et qu'il y était fait mention de ses possibles connections avec des extrémistes au Yémen", a assuré le porte-parole de la CIA, Paul Gimigliano.

LES MESURES DE SÉCURITÉ EN AVION

"Nous avons également envoyé des informations biographiques-clé à son sujet au Centre national de l'anti-terrorisme (NCTC)", l'agence gouvernementale qui coordonne les activités du renseignement américain, a-t-il affirmé.

Un responsable du renseignement américain a indiqué à l'AFP que l'entretien avec le père du suspect ne contenait par ailleurs pas d'"élément-clé" qui aurait permis de placer le nom d'Umar Farouk Abdulmutallab sur la liste des quelque 4.000 personnes interdites de vol vers les Etats-Unis.

Selon le Wall Street Journal, qui cite des responsables américains non identifiés, la visite du père du Nigérian à l'ambassade américaine d'Abuja a entraîné une réunion entre des représentants du ministère de la Sécurité intérieure, de la police fédérale (FBI), du département d'Etat et de la CIA, mais les informations obtenues n'ont pas été recueillies et analysées aux Etats-Unis.

D'après la chaîne de télévision CNN, qui cite une autre source anonyme, le rapport de la CIA sur les informations données par le père n'a pas été suffisamment diffusé au sein de la communauté du renseignement américain, rappelant ainsi le manque de coopération entre agences déjà pointé du doigt après les attentats du 11 septembre 2001.

Première publication : 30/12/2009

COMMENTAIRE(S)