Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Une histoire de fou" : la mémoire du génocide arménien au cinéma

En savoir plus

REPORTERS

Thaïlande : face à la junte, la dissidence tente de résister

En savoir plus

TECH 24

La course aux voitures sans chauffeur est lancée !

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La baie du mont Saint-Michel, entre pierre et mer

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Lutte contre le réchauffement climatique : "Les entreprises sont aussi la solution!"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : la Belgique arrêtera son aide directe en cas de 3e mandat de Nkurunziza

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Palmyre en danger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Gaza au bord de l'asphyxie, selon la Banque mondiale

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Quelle stratégie face à l'organisation de l'Etat islamique ?

En savoir plus

Amériques

La CIA réfute tout dysfonctionnement dans le suivi du dossier Abdulmutallab

Vidéo par David THOMSON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/12/2009

Selon plusieurs médias américains, la CIA aurait pu prévoir la tentative d'attentat dont le vol Amsterdam-Detroit de la compagnie Northwest Airlines a été victime, le 25 décembre. Une accusation dont l'agence se défend.

AFP - La CIA s'est défendue mercredi de n'avoir pas suffisamment diffusé les informations qu'elle détenait au sujet du Nigérian qui a tenté de faire sauter un avion de ligne américain le jour de Noël, comme l'affirment des médias américains.

"Nous avons obtenu des informations sur Umar Farouk Abdulmutallab en novembre, quand son père s'est rendu à l'ambassade des Etats-Unis au Nigeria", puis "nous avons travaillé avec l'ambassade pour nous assurer qu'il était dans la base de données gouvernementale de personnes susceptibles d'avoir un lien avec le terrorisme, et qu'il y était fait mention de ses possibles connections avec des extrémistes au Yémen", a assuré le porte-parole de la CIA, Paul Gimigliano.

LES MESURES DE SÉCURITÉ EN AVION

"Nous avons également envoyé des informations biographiques-clé à son sujet au Centre national de l'anti-terrorisme (NCTC)", l'agence gouvernementale qui coordonne les activités du renseignement américain, a-t-il affirmé.

Un responsable du renseignement américain a indiqué à l'AFP que l'entretien avec le père du suspect ne contenait par ailleurs pas d'"élément-clé" qui aurait permis de placer le nom d'Umar Farouk Abdulmutallab sur la liste des quelque 4.000 personnes interdites de vol vers les Etats-Unis.

Selon le Wall Street Journal, qui cite des responsables américains non identifiés, la visite du père du Nigérian à l'ambassade américaine d'Abuja a entraîné une réunion entre des représentants du ministère de la Sécurité intérieure, de la police fédérale (FBI), du département d'Etat et de la CIA, mais les informations obtenues n'ont pas été recueillies et analysées aux Etats-Unis.

D'après la chaîne de télévision CNN, qui cite une autre source anonyme, le rapport de la CIA sur les informations données par le père n'a pas été suffisamment diffusé au sein de la communauté du renseignement américain, rappelant ainsi le manque de coopération entre agences déjà pointé du doigt après les attentats du 11 septembre 2001.

Première publication : 30/12/2009

COMMENTAIRE(S)