Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Moyen-orient

L'affaire Clotilde Reiss vue depuis l'université d'Ispahan

Vidéo par Alain CHABOD

Texte par Alain CHABOD

Dernière modification : 30/12/2009

Six mois après son arrestation, Clotilde Reiss, assignée à résidence à l'ambassade de France à Téhéran, attend toujours son jugement. Notre envoyé spécial en Iran a pu se rendre à l'université d'Ispahan, où elle a enseigné jusqu'en juin dernier.

Ispahan, troisième ville d’Iran, au sud de Téhéran. C’est ici qu’enseignait Clotilde Reiss, la jeune lectrice française arrêtée en juin dernier pour avoir participé aux manifestations consécutives à l'élection présidentielle du 12 juin, qui a vu le très conservateur Mahmoud Ahmadinejad se maintenir au pouvoir. 

La jeune Française de 24 ans, qui parle couramment le farsi, apprenait le français aux étudiants de l’université de Technologie d'Ispahan depuis le mois de février, quand elle a été arrêtée. Elle était l’une des deux étrangères qui enseignaient dans cette faculté. Médiatisée en France, sa mésaventure n'a été que très peu relayée dans l'établissement. "Est-ce qu’on connaît Clotilde Reiss ? Non, malheureusement", reconnaît un étudiant. "Oui j’en ai entendu parler, rétorque un autre. Quand elle a été présentée devant le tribunal..."

Un troisième poursuit : "J’ai simplement entendu dire qu’elle avait pris une série de photos pendant les manifestations. Je pense qu’elle était une informatrice. C’est ce qu'ils ont dit à la télévision."

"Il y a une forte probabilité que tout cela ne soit qu'un malentendu"

La Française est effectivement accusée d’espionnage par l’Iran, mais les responsables de l’université d'Ispahan préfèrent garder leur distance avec cette affaire. "Je pense qu'elle est venue ici pour assouvir son désir de mieux connaître la culture iranienne. C'est dans ce cadre qu'elle a donné des cours de français, commente Mehdi Bijari, directeur du département Industrie à l’université de Technologie d’Ispahan. Il y a une forte probabilité que tout cela ne soit qu'un malentendu. Mais, en même temps, il n'est pas impossible que l’accusation soit justifiée."

Aujourd'hui, l’enquête suit son cours. Reste que la période de fortes tensions politiques que traverse l'Iran ne joue pas en faveur de la jeune femme. Les ressortissants étrangers sont, en effet, régulièrement présentés comme des ennemis du régime.

Depuis sa sortie de prison au mois d'août dernier, la jeune Française est toujours assignée à résidence à l’ambassade de France à Téhéran et reste à l’écart des journalistes. Elle risque toujours cinq ans de prison même si, pour la France, Clotilde Reiss est innocente.
 

Première publication : 30/12/2009

  • IRAN

    Reportage au cœur de l'université de Téhéran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)