Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: présercer son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait pas d'ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

FRANCE

Malgré la censure du Conseil d’État, l’esprit d’"Eloi" ne change pas

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 31/12/2009

Retoquée par le Conseil d'État en mars 2007, la nouvelle mouture du fichier "Eloi", qui vise à collecter des informations personnelles sur les étrangers sous le coup d'une expulsion, a à nouveau été partiellement censurée.

Pas aussi "inattaquable" que cela. En déposant sa nouvelle mouture du fichier "Eloi" - une base de données qui vise à recenser des informations personnelles concernant les étrangers sous le coup d'une expulsion -, le ministère de l'Immigration avait assuré qu'elle ne pourrait être retoquée par le Conseil d’État, comme ce fut le cas en mars 2007. Manque de chance, la plus haute juridiction administrative française a décidé, aujourd'hui, d'invalider partiellement ce texte controversé.

Deux articles du fichier ont été censurés cette fois. Le premier concerne le numéro d'identification des étrangers ayant demandé un titre de séjour - dit numéro "AGDREF". Les juges ont estimé que "la pertinence et l'adéquation de cette donnée, relative au séjour, par rapport aux finalités du traitement, relatif à l'éloignement, ne sont pas établies". 

Ils ont également jugé "excessive" la durée de conservation de certaines informations, fixée à trois ans par le décret. Celles-ci pourraient alors n'être gardées que trois mois.

Recoupement avec d’autres fichiers

"Pour nous, il s'agit d'une demi-victoire. On ne va pas cracher dans la soupe, les articles annulés sont tout de même importants, explique à France24.com Jean-Claude Vitran, responsable des nouvelles technologies de l’information à la Ligue des droits de l’Homme. Cette décision rendue, nous n’avons plus beaucoup de recours, à l'exception de la Cour européenne des droits de l’Homme."

Le fichier "Eloi" amputé va donc entrer en vigueur, en attendant qu'un "texte complémentaire", actuellement en préparation dixit le ministre de l'Immigration Éric Besson, destiné à remplacer les deux dispositions annulées vienne s'y ajouter.

Reste que, malgré la décision rendue par le Conseil d'État, cette base de données continue d'inquiéter les associations. "Le texte actuel permet de collecter des données sur les enfants des personnes expulsables, ainsi que sur les personnes qui les hébergent. Ce n’est absolument pas normal", s'insurge Jean-Claude Vitran.

Une autre critique vise la dimension statistique de ce fichier. Les associations craignent qu'il ne reste pas anonyme, mais qu'il serve à effectuer des recoupements avec d'autres bases de données dont le nombre est, d’ailleurs, en forte augmentation. Évaluées à une trentaine en 2006, elles s'élèveront en effet à plus de 80 au 1er janvier 2010, sans compter les fichiers existant au niveau européen. De quoi raviver la crainte de voir se construire aux portes de l’Europe un "mur électronique" qui ne dit pas son nom...

Première publication : 30/12/2009

COMMENTAIRE(S)