Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Faut-il copier la Silicon Valley ?

En savoir plus

FOCUS

Au Bangladesh, les assassinats de libres-penseurs se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Morin : "28 banques ont la capacité de déstabiliser le système monétaire et financier mondial"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gaza, Baalbeck, Tombouctou... La résistance par l’art

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#CecilTheLion : le chasseur devient la proie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

EDF va prendre le contrôle des réacteurs nucléaires d’Areva

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Migrants : Gao, aux portes du désert, carrefour des routes qui mènent en Europe

En savoir plus

DÉBAT

Laurent Fabius à Téhéran : l'Iran réconcilié avec l'Occident ? (partie 2)

En savoir plus

Moyen-orient

Visite guidée dans la centrale nucléaire d’Ispahan

Texte par Alain CHABOD

Dernière modification : 31/12/2009

La centrale nucléaire d’Ispahan, présentée comme une installation à usage exclusivement civil, est l'un des sites les plus secrets d'Iran. Notre envoyé spécial, Alain Chabod, a pu y pénétrer.

La centrale d'Ispahan est l'endroit où se déroule la première étape du traitement de l’uranium iranien. Celui-ci est ensuite acheminé vers la centrale de Natanz, à 200 kilomètres de là, où il est enrichi, puis transformé en pastilles d’uranium.

L'uranium traité sur le site est destiné à des centrales nucléaires civiles, selon son directeur, même s'il n'en existe pas encore en Iran, à l’exception de celle de Bushehr, dans le sud-ouest du pays, qui n'est toutefois pas encore entrée en service.

Deux caméras de l'AIEA braquées sur le stock d'uranium

Pendant toute la durée de sa visite, qui a duré moins de deux heures, notre reporter était accompagné du directeur de la centrale, qui a refusé de lui communiquer son nom. À la fin, il a pu avoir accès à la salle de stockage des matières nucléaires. Fixées au mur, deux caméras sont en permanence braquées sur les portes de sortie de l’uranium enrichi. Elles appartiennent à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), chargée du contrôle des installations nucléaires iraniennes.

Elles ont pour mission de surveiller la production. "Des photos sont prises régulièrement, à quelques minutes d’intervalle, afin de vérifier que notre production n'a qu'un objectif pacifique", précise le directeur.

À aucun moment, il n’a été possible de filmer les personnes rencontrées à visage découvert. L’Iran a vu  récemment disparaître de façon suspecte plusieurs de ses scientifiques spécialisés dans le nucléaire. Certains auraient trouvé refuge aux États-Unis ou en Europe...

Première publication : 31/12/2009

  • IRAN

    Reportage au cœur de l'université de Téhéran

    En savoir plus

  • IRAN

    L'affaire Clotilde Reiss vue depuis l'université d'Ispahan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)