Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis - Cuba : "Somos todos americanos"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Cuba : la décision historique de Barack Obama

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Cuba - USA : un jour historique"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

Economie

En 2009, les marchés recouvrent la santé

Texte par Ilham HAJJI-FIACRE

Dernière modification : 02/01/2010

Au terme d'une année en dents de scie, les Bourses ont clôturé 2009 sur une note positive. Toutes les places ont renoué avec la croissance, après avoir lourdement dévissé au premier trimestre. Les situations restent cependant inégales.

De Paris à Washington en passant par Londres, les gouvernements se sont mobilisés en 2009 pour redonner confiance aux investisseurs qui craignaient le pire, au vu des indicateurs du premier trimestre. Les différents plans de relance et la baisse des taux d’intérêt ont joué un rôle moteur dans la reprise des marchés financiers. En France, le CAC 40 affiche ainsi une hausse de 22,3 % sur l'ensemble de l'année. Le 31 décembre, l'indice phare de la Bourse de Paris a failli franchir la barre des 4 000 points (3 936,33 points), après avoir touché le fond le 9 mars, à 2 519 points.

Le constat est valable aussi pour la plupart des grandes places financières internationales. À Francfort, le Dax enregistre un gain de 23 % en 2009. En Grande-Bretagne, le Footsie (FTSE 100) reprend du poil de la bête avec une hausse globale de 22,07 %, en dépit de la retentissante faillite de la banque américaine Lehman Brothers, en septembre 2008. Enfin, à Wall Street et à Tokyo, pourtant plus durement touchés par la crise, le Dow Jones et le Nikkei terminent respectivement en hausse de 18,82 % et de 19,04 %.

Reste que si la plupart des observateurs s’accordent pour dire que la reprise est bien là, ils la jugent encore fragile. En cause : "l’endettement massif des États", qui risquent de retirer leur soutien aux marchés en 2010.

Le succès des pays émergents

Une inquiétude qui ne les concernent cependant pas tous. Les pays dits émergents comme la Chine, l’Inde ou le Brésil, peuvent en effet se targuer d’un bilan extrêmement positif et d’un avenir prometteur.

Si les investisseurs se méfient des places européennes et américaines, ils n'ont pas les mêmes appréhensions à l'égard des nouveaux marchés, qui ont affiché une santé insolente l'an passé. L'indice Hang Seng de Hong Kong a grimpé de 52 %, tandis que le Shanghai Composite a explosé les compteurs avec une hausse de 79,8 %. Mieux encore : la Bourse de Bombay a progressé de près de 80 % pendant que celle de Sao Paulo se hissait sur la première marche du podium, avec un gain de 82,6 %. Des chiffres impressionnants qui rassurent les investisseurs et les analystes : "La place de Bombay est restée confiante, comme celle de Shanghai (…). Elle en est ressortie grandie au niveau géopolitique, précise Juliette Tissot, correspondante de l'AFP pour FRANCE 24. Ce fut l’occasion, pour le sous-continent, de s’affirmer sur la scène internationale."

La solidité et les ambitions de ces pays leur ont permis d’être pris au sérieux par les économies les plus puissantes. "Les membres du G8 les ont intégré dans leur discussion pour résoudre la crise", rappelle Juliette Tissot.

Première publication : 01/01/2010

COMMENTAIRE(S)