Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

EUROPE

L'Espagne inaugure la première présidence tournante de l'UE post-Lisbonne

©

Vidéo par Margaux CHOURAQUI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/01/2010

Ce vendredi, c'est l'Espagne qui prend les rênes de l'Union européenne pour six mois. Madrid inaugure ainsi la première présidence tournante de l'UE postérieure au traité de Lisbonne, qui a doté les Vingt-Sept d'un président permanent.

AFP - L'Espagne a inauguré vendredi une nouvelle ère de l'Union européenne (UE), en prenant pour six mois la délicate première présidence tournante postérieure au traité de Lisbonne, qui a doté les 27 d'un président permanent, le Belge Herman Van Rompuy.

Un spectacle de sons et lumières a lancé la présidence espagnole sur la place de la Puerta del sol, au coeur de Madrid, où des milliers de Madrilènes, suivant la tradition, sont venus fêter le nouvel an, et plusieurs grandes villes espagnoles ont paré leurs monuments de bleu européen.

L'Espagne s'est fixée pour double priorité de roder le traité de Lisbonne et de conforter le retour à la croissance économique, sur fond de montée persistante du chômage en Europe.

"Pendant ces six mois, nos souhaitons renforcer l'UE, avant tout sa gouvernance économique (...)", et oeuvrer à "une application rapide et dynamique du traité de Lisbonne", avait résumé mercredi son chef de gouvernement, le socialiste José Luis Rodriguez Zapatero, lui-même fragilisé par la crise.

L'application du traité de Lisbonne, qui ambitionne de renforcer le poids de l'UE dans un monde globalisé où les puissances émergentes comme la Chine ou le Brésil jouent un rôle croissant, s'annonce délicate.

En maintenant la présidence tournante semestrielle par pays malgré la création d'un poste de président permanent de l'UE, le traité en effet instauré une direction bicéphale susceptible de générer des frictions.


D'autant qu'à ce binôme il convient d'ajouter le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, bien décidé à ne pas se laisser voler la vedette, et la nouvelle responsable de la diplomatie de l'UE aux pouvoirs élargis, la Britannique Catherine Ashton.

M. Van Rompuy s'est toutefois dit "heureux" de pouvoir compter sur l'Espagne, pays "très engagé" dans l'Europe, selon lui. Il a affirmé dans un message diffusé jeudi soir qu'il travaillerait "main dans la main avec la présidence espagnole" au cours des six prochains mois.

L'Espagne présidera tous les domaines autres que les réunions de chefs d'Etat et de gouvernement - du ressort de M. Van Rompuy - et les Affaires étrangères - sous la responsabilité de Mme Ashton.

Mais M. Zapatero, a obtenu de pouvoir accueillir en Espagne plusieurs sommets de prestige: entre l'UE et les Etats-Unis, les pays d'Amérique latine, le Maroc, et de l'Union pour la Méditerranée.

Le président du parlement européen, Jerzy Buzek, a souligné de son côté l'importance des six prochains mois, qui vont permettre, selon lui, sous la présidence espagnole, de "former le nouveau modèle de coopération entre les Etats membres et les institutions de l'UE".

L'Espagne a entamé 2010 en relevant son niveau d'alerte antiterroriste, craignant un attentat spectaculaire du groupe basque ETA pendant sa présidence.

Première publication : 01/01/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)