Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

EUROPE

L'Espagne inaugure la première présidence tournante de l'UE post-Lisbonne

Vidéo par Margaux CHOURAQUI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/01/2010

Ce vendredi, c'est l'Espagne qui prend les rênes de l'Union européenne pour six mois. Madrid inaugure ainsi la première présidence tournante de l'UE postérieure au traité de Lisbonne, qui a doté les Vingt-Sept d'un président permanent.

AFP - L'Espagne a inauguré vendredi une nouvelle ère de l'Union européenne (UE), en prenant pour six mois la délicate première présidence tournante postérieure au traité de Lisbonne, qui a doté les 27 d'un président permanent, le Belge Herman Van Rompuy.

Un spectacle de sons et lumières a lancé la présidence espagnole sur la place de la Puerta del sol, au coeur de Madrid, où des milliers de Madrilènes, suivant la tradition, sont venus fêter le nouvel an, et plusieurs grandes villes espagnoles ont paré leurs monuments de bleu européen.

L'Espagne s'est fixée pour double priorité de roder le traité de Lisbonne et de conforter le retour à la croissance économique, sur fond de montée persistante du chômage en Europe.

"Pendant ces six mois, nos souhaitons renforcer l'UE, avant tout sa gouvernance économique (...)", et oeuvrer à "une application rapide et dynamique du traité de Lisbonne", avait résumé mercredi son chef de gouvernement, le socialiste José Luis Rodriguez Zapatero, lui-même fragilisé par la crise.

L'application du traité de Lisbonne, qui ambitionne de renforcer le poids de l'UE dans un monde globalisé où les puissances émergentes comme la Chine ou le Brésil jouent un rôle croissant, s'annonce délicate.

En maintenant la présidence tournante semestrielle par pays malgré la création d'un poste de président permanent de l'UE, le traité en effet instauré une direction bicéphale susceptible de générer des frictions.


D'autant qu'à ce binôme il convient d'ajouter le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, bien décidé à ne pas se laisser voler la vedette, et la nouvelle responsable de la diplomatie de l'UE aux pouvoirs élargis, la Britannique Catherine Ashton.

M. Van Rompuy s'est toutefois dit "heureux" de pouvoir compter sur l'Espagne, pays "très engagé" dans l'Europe, selon lui. Il a affirmé dans un message diffusé jeudi soir qu'il travaillerait "main dans la main avec la présidence espagnole" au cours des six prochains mois.

L'Espagne présidera tous les domaines autres que les réunions de chefs d'Etat et de gouvernement - du ressort de M. Van Rompuy - et les Affaires étrangères - sous la responsabilité de Mme Ashton.

Mais M. Zapatero, a obtenu de pouvoir accueillir en Espagne plusieurs sommets de prestige: entre l'UE et les Etats-Unis, les pays d'Amérique latine, le Maroc, et de l'Union pour la Méditerranée.

Le président du parlement européen, Jerzy Buzek, a souligné de son côté l'importance des six prochains mois, qui vont permettre, selon lui, sous la présidence espagnole, de "former le nouveau modèle de coopération entre les Etats membres et les institutions de l'UE".

L'Espagne a entamé 2010 en relevant son niveau d'alerte antiterroriste, craignant un attentat spectaculaire du groupe basque ETA pendant sa présidence.

Première publication : 01/01/2010

COMMENTAIRE(S)