Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

France - Maroc : fin de la discorde ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fifa : qui succédera à Blatter ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Asie du sud-est : la tragédie des Rohingyas

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les jihadistes consolident leurs positions en Irak et en Syrie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Athènes menace de ne pas rembourser le FMI en juin

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La Grèce, la brute et le truand"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Festival de Cannes : "Ne boudons pas notre fierté"

En savoir plus

FRANCE

Le gouvernement maintient sa volonté d'intégrer 30 % de boursiers dans les grandes écoles

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 05/01/2010

Le ministre français de l'Éducation a répondu à la Conférence des grandes écoles, qui refuse l'instauration d'un quota d'élèves boursiers dans ses établissements. Le gouvernement "imposera" sa politique en la matière, a affirmé Luc Chatel.

Le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, a affirmé mardi être "profondément choqué" par la position de la Conférence des grandes écoles (CGE) sur l'ouverture aux étudiants boursiers, en assurant que le gouvernement avait la volonté d'"imposer" sa politique en la matière.

"Je partage l'avis de Yazid Sabeg", le commissaire à la Diversité et à l'Egalité des chances, "je suis profondément choqué", a déclaré M. Chatel sur France Info, en référence à la position de la CGE qui ne veut pas voir imposés des "quotas" de boursiers dans ses établissements.

Interrogé pour savoir si cela pouvait être imposé aux grandes écoles, M. Chatel a répondu: "Oui, je le crois, je le souhaite, et c'est la volonté du gouvernement de le faire."

"Imaginer que cela abaisserait le niveau parce qu'on ferait appel à des élèves de milieux défavorisés, je trouve ça profondément choquant", a-t-il dit.

Dans une position de fin décembre, la CGE "désapprouve d'une manière générale la notion de quotas". "Tout en reconnaissant que des soutiens individualisés doivent être apportés aux candidats issus de milieux défavorisés", elle estime que "toute autre politique amènerait inévitablement la baisse du niveau moyen".

Après avoir fixé un objectif de 30 % de boursiers en classes préparatoires, le gouvernement a assigné récemment le même objectif aux grandes écoles.

De son côté, la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse, a déclaré sur Europe 1 aux grandes écoles de "ne pas avoir peur" de faire évoluer leurs méthodes de recrutement, pour atteindre l'objectif gouvernemental de 30 % d'étudiants boursiers.

"Aujourd'hui, il n'y a pas assez d'ouverture sociale dans le recrutement des grandes écoles", a déclaré Mme Pécresse. "Soyez volontaristes, n'ayez pas peur" de faire évoluer les méthodes de recrutement pour accueillir d'avantage d'étudiants boursiers, a-t-elle déclaré.

"Je suis contre les quotas à l'entrée dans les grandes écoles, mais cela n'exclut pas le volontarisme, la volonté de changer les choses", a-t-elle dit.

Dans cette perspective, Mme Pécresse "pense aujourd'hui qu'on doit réfléchir aux contenus des concours". Elle estime que les épreuves orales devraient mieux mesurer "l'intensité, la valeur du parcours" des étudiants, en particulier ceux venus des quartiers défavorisés.

Au ministère de l'Enseignement supérieur, on considérait hier qu'il s'agissait d'une "fausse querelle". "On n'a pas parlé de quotas, mais d'objectifs", dit le ministère.

 

Première publication : 05/01/2010

COMMENTAIRE(S)