Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

FRANCE

Hortefeux veut inscrire 30 pays dans la liste des zones à risques

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/01/2010

Soucieux de contrer la nouvelle menace terroriste, le ministre français de l'Intérieur, Brice Hortefeux, souhaite que la liste des zones à risques inclut 30 pays, contre sept actuellement.

AFP - Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, souhaite élargir la liste des zones à risques de "sept à trente pays" pour prendre en compte la nouvelle menace terroriste, selon Le Figaro de mercredi.

Hortefeux annonce la mise en place d'un groupe de travail sur les scanners corporels

"Il faut élargir la liste des zones à risques de sept à trente de pays", a déclaré le ministre au quotidien.

"Il ne s'agit pas, précise-t-il, de stigmatiser les pays concernés mais il faut bien prendre en compte les points de passage des fillières de l'islamisme radical".

Jusqu'à présent, les pays "à risques" concernés sont le Yémen, la Syrie, le Pakistan, l'Iran, l'Afghanistan, l'Algérie et le Mali.

Le ministre envisagerait d'inclure d'autres pays en se basant sur une liste de l'Unité de coordination et de lutte antiterroriste (Uclat).



 

Première publication : 06/01/2010

COMMENTAIRE(S)