Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Les femmes dans l’entreprise : Isabelle Kocher, première directrice générale du CAC40

En savoir plus

REPORTERS

Proche-Orient : "L'intifada des couteaux", le malaise d’une génération

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Kevin Costner, de retour dans "Criminal"

En savoir plus

MODE

Le salon Made in France peut-il sauver la mode française ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

François Hollande "compte sur sa bonne étoile" pour 2017

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Corée du Nord : tragédies en cascade en marge du congrès du Parti des travailleurs

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Grèce : grève générale contre l'austérité

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Nicolas Baverez : "Le quinquennat de François Hollande est une accélération du déclin de la France"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : conspué, mais sur le devant de la scène médiatique

En savoir plus

FRANCE

À vos marques... Prêts ? Dépensez !

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 06/01/2010

Les commerçants français attendaient avec impatience les traditionnelles soldes d'hiver qui commencent aujourd'hui, espérant qu'elles attireront les consommateurs dans les magasins. Tour d'horizon des chiffres-clés de cette nouvelle campagne.

Dès 8 heures ce matin, les accros aux soldes se sont rués dans les magasins et sur Internet, espérant faire de bonnes affaires. Les autres ont jusqu'au 16 février pour faire des emplettes sans se ruiner.

140 000 clients sont attendus au magasin Printemps Haussmann, à Paris, pour cette première journée de promotions. Plus approximatives, les Galeries Lafayette de la capitale tablent, elles, sur une "affluence très forte".

159 euros. Il s’agit du budget moyen que les Français prévoient de dépenser lors de cette campagne, selon une étude du site spécialisé dans le shopping Kelkoo. Une estimation jugée "satisfaisante pour la grande distribution". Attention toutefois : lors des soldes d’hiver de 2009, les commerçants s’attendaient à 200 euros d’achat par client en moyenne, mais la crise avait réduit leur budget à moins de 150 euros. À noter que, sur Internet, le consommateur devrait être plus dépensier et investir jusqu’à 168 euros en transactions virtuelles.

Sur les Champs Éysées, mercredi matin

4 % de baisse des ventes de vêtements en 2009. Le secteur de l’habillement n’a pas été gâté l'an dernier. Bonnes nouvelles : les vêtements sont la priorité des consommateurs pour la période de soldes qui débute et les achats de fringues sur Internet ont augmenté de 20,5 % en un an. Les achats de vêtements sur le Web représentent désormais 6 % des ventes réalisées sur le marché de l'habillement.

12 millions d’internautes devraient faire leurs courses en ligne cette année, d’après la Fédération du e-commerce. Le numéro 2 de la vente privée de vêtements, BrandAlley.fr, mise sur un million de visiteurs le premier jour des soldes…

30 minutes gratuites. À Paris, la société "Cyclobulles" propose des balades gratuites d’une demi-heure sur des tricycles électriques pendant les soldes. Le parcours ? Les grandes artères commerciales de la capitale… et quelques musées tout de même.

5 types de promotions. Certains dénoncent une banalisation des soldes, susceptible de freiner la boulimie consumériste. En effet, la loi permet aux commerçants d’appliquer cinq promotions différentes tout au long de l’année. Les soldes traditionnelles concernent des périodes bien précises et constituent le seul moment où il est autorisé de vendre à perte. Depuis le début de 2009, les commerçants peuvent également ajouter deux semaines de soldes flottantes par an. Un magasin peut, en outre, procéder à un déstockage qui lui permet de réduire ses prix. Les promotions sont, quant à elles, le seul type de réductions qui ne concerne pas uniquement les stocks. Elles peuvent servir à dynamiser les ventes. Enfin, les liquidations donnent droit à des baisses de prix, mais uniquement lorsqu’un commerce ferme où qu’il doit effectuer des "travaux substantiels", selon les termes de la loi.

19 %. Les hommes devraient être plus dépensiers que les femmes cette année. Une étude commandée par Kelkoo révèle que seuls 19 % des hommes comptent dépenser moins qu’en janvier 2009 pour garnir leur panier, contre 27 % des femmes. 27 % de ces messieurs pensent même lâcher davantage d’argent que l'an dernier...


Première publication : 06/01/2010

COMMENTAIRE(S)