Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Asie - pacifique

L'ONU authentifie une vidéo montrant des exécutions sommaires de Tamouls

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/01/2010

Selon l'ONU, la vidéo diffusée en août par la chaîne britannique Channel 4, dans laquelle un homme en uniforme abat d'une balle dans la nuque deux prisonniers tamouls, est authentique.

AFP - Un haut responsable de l'ONU a affirmé jeudi l'authenticité d'une vidéo de 2009 montrant des exécutions sommaires de Tamouls par des militaires sri-lankais, et a exigé une enquête impartiale pour déterminer si elle constitue la preuve de crimes de guerre.

Trois experts indépendants ont conclu que la vidéo, diffusée en août dernier en Grande-Bretagne était authentique, a affirmé Philip Alston, rapporteur spécial de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires.

"La conclusion est claire: la vidéo est authentique", a dit M. Alston lors d'une conférence de presse.

"Chacun des trois experts a conclu que rien ne permettait d'indiquer que la vidéo était un faux" comme l'a affirmé le gouvernement sri-lankais, a-t-il ajouté.


M. Alston a appelé à l'ouverture "d'une enquête indépendante et impartiale pour déterminer si des crimes de guerre et d'autres violations graves du droit international humanitaire et des droits de l'homme ont été commis au Sri Lanka".

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, approuve cette position, a ensuite indiqué son porte-parole, Martin Nesirky. M. Ban a informé Colombo qu'il envisageait de "nommer une commission d'experts pour le conseiller et aider le gouvernement sri-lankais" à prendre les mesures nécessaires, a dit M. Nesirky.

La vidéo avait été diffusée le 25 août par la chaîne de télévision britannique Channel 4. Elle montre un homme en uniforme militaire tirant dans la nuque d'un homme nu, attaché et les yeux bandés, près d'un champ boueux dans lequel gisent plusieurs corps masculins. Un autre homme est abattu de la même manière vers la fin de la vidéo.

Le document aurait été envoyé à Channel 4 par un groupe s'intitulant Journalistes pour la démocratie au Sri Lanka.

Il aurait été tourné vers la fin des opérations lors desquelles les forces gouvernementales sri-lankaises ont écrasé les rebelles séparatistes tamouls qui contrôlaient le nord et le nord-est de l'île. L'armée et le gouvernement avaient alors été accusés de violence excessive pour en finir avec la rébellion, sans considération pour des milliers de civils pris entre deux feux.

En mai, Colombo a annoncé la défaite totale des Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE) après 37 ans d'une guerre qui a fait entre 80.000 et 100.000 morts. Les LTTE étaient considérés comme un groupe terroriste par le gouvernement sri-lankais et par les pays occidentaux.

M. Alston avait noté à l'époque le démenti catégorique par Colombo des allégations relatives à la vidéo, mais avait jugé nécessaire l'ouverture d'une enquête.

Colombo, a-t-il indiqué, avait chargé quatre experts sri-lankais, dont deux membres des forces armées, d'enquêter sur le film. Le gouvernement avait ensuite affirmé que leur rapport, jamais entièrement rendu public, concluait que la vidéo était "un faux".

M. Alston avait alors mis publiquement en doute l'indépendance et l'impartialité de cette enquête sri-lankaise et avait décidé de faire appel à trois experts indépendants.

Ces experts, Daniel Spitz, Peter Diaczuk et Geoff Spivack, sont basés aux Etats-Unis et n'avaient jamais été impliqués auparavant dans les affaires relatives au Sri Lanka, a-t-il indiqué. Ils sont spécialisés respectivement en médecine légale, analyse de vidéos et armes à feu.

Selon M. Alston, M. Diaczuk a conclu que "le recul, le mouvement de l'arme et du tireur et les gaz échappés du canon lors des deux apparentes exécutions sont compatibles avec un tir à balles réelles et non avec des cartouches à blanc".

Pour sa part, M. Spivack "n'a pas trouvé de preuve de rupture dans la continuité de la vidéo, ni d'autres manipulations de l'image."

Première publication : 07/01/2010

COMMENTAIRE(S)