Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

EUROPE

Moscou et Minsk ne s'entendent pas sur les livraisons de brut

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/01/2010

Moscou et Minsk n'ont pas trouvé d'accord sur le transit de pétrole russe vers l'Europe. La Russie veut imposer des taxes pour le brut qu'elle livre, malgré les accords qui lient les deux pays.

AFP - La Russie et le Bélarus, pays clé pour le transit de brut russe vers l'Europe, n'ont pas réussi à régler jeudi leur contentieux pétrolier, a annoncé une source citée par l'agence officielle bélarusse Belta, tout en soulignant que la porte du dialogue restait ouverte.

"Les experts russes et bélarusses n'ont pas pu rapprocher les positions des deux parties lors de négociations mercredi et jeudi à Moscou sur les conditions de livraison du pétrole russe au Bélarus", a déclaré cette source proche de la délégation bélarusse.

"Les deux parties ont pris en conséquence la décision d'observer une pause dans les négociations en vue de consultations supplémentaires", a-t-elle ajouté.

Le contentieux porte sur des taxes douanières que la Russie veut imposer à Minsk à compter du 1er janvier pour le brut qu'elle lui livre, alors que les deux pays sont liés par une Union douanière.

De son côté, la porte-parole du ministère russe de l'Energie a assuré que les discussions se poursuivaient jeudi soir. "La seule chose que je peux confirmer, c'est qu'elles continuent", a déclaré Irina Essipova à l'AFP.

Elles pourraient se poursuivre vendredi, a indiqué pour sa part une source proche de la délégation russe citée par l'agence russe Interfax.

"Le Bélarus reste prêt à poursuivre les négociations afin d'aboutir à un résultat mutuellement acceptable, mais uniquement sur la base juridique définissant les relations entre les deux pays", a de son côté souligné la source bélarusse citée par Belta.

De telles crises entre la Russie et deux républiques voisines issues de l'URSS, l'Ukraine et le Bélarus, perturbent régulièrement l'approvisionnement énergétique de l'Europe.

En janvier 2007, un contentieux similaire avait ainsi conduit à une brusque fermeture de l'oléoduc Droujba (Amitié), passant par le Bélarus, privant cinq pays européens de brut russe pendant plusieurs jours.

Le Bélarus, qui tire des recettes importantes du raffinage et de la revente à l'étranger de brut russe, s'oppose à la décision de Moscou de lui imposer des droits de douane sur le pétrole livré.

Les négociateurs bélarusses ont présenté des "compromis possibles sur tous les points en discussion" mais leurs interlocuteurs russes n'étaient "de toute évidence pas prêts à prendre une décision", a affirmé la source bélarusse.

Plusieurs rounds de négociations se sont déjà déroulés, sans succès, en décembre et début janvier. Des responsables russes ont déclaré que ces discussions seraient sans impact sur les livraisons de pétrole russe à l'Europe, sans forcément rassurer.

Première publication : 07/01/2010

COMMENTAIRE(S)