Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les "étudiants attardés" du PS"

En savoir plus

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

EUROPE

Moscou et Minsk ne s'entendent pas sur les livraisons de brut

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/01/2010

Moscou et Minsk n'ont pas trouvé d'accord sur le transit de pétrole russe vers l'Europe. La Russie veut imposer des taxes pour le brut qu'elle livre, malgré les accords qui lient les deux pays.

AFP - La Russie et le Bélarus, pays clé pour le transit de brut russe vers l'Europe, n'ont pas réussi à régler jeudi leur contentieux pétrolier, a annoncé une source citée par l'agence officielle bélarusse Belta, tout en soulignant que la porte du dialogue restait ouverte.

"Les experts russes et bélarusses n'ont pas pu rapprocher les positions des deux parties lors de négociations mercredi et jeudi à Moscou sur les conditions de livraison du pétrole russe au Bélarus", a déclaré cette source proche de la délégation bélarusse.

"Les deux parties ont pris en conséquence la décision d'observer une pause dans les négociations en vue de consultations supplémentaires", a-t-elle ajouté.

Le contentieux porte sur des taxes douanières que la Russie veut imposer à Minsk à compter du 1er janvier pour le brut qu'elle lui livre, alors que les deux pays sont liés par une Union douanière.

De son côté, la porte-parole du ministère russe de l'Energie a assuré que les discussions se poursuivaient jeudi soir. "La seule chose que je peux confirmer, c'est qu'elles continuent", a déclaré Irina Essipova à l'AFP.

Elles pourraient se poursuivre vendredi, a indiqué pour sa part une source proche de la délégation russe citée par l'agence russe Interfax.

"Le Bélarus reste prêt à poursuivre les négociations afin d'aboutir à un résultat mutuellement acceptable, mais uniquement sur la base juridique définissant les relations entre les deux pays", a de son côté souligné la source bélarusse citée par Belta.

De telles crises entre la Russie et deux républiques voisines issues de l'URSS, l'Ukraine et le Bélarus, perturbent régulièrement l'approvisionnement énergétique de l'Europe.

En janvier 2007, un contentieux similaire avait ainsi conduit à une brusque fermeture de l'oléoduc Droujba (Amitié), passant par le Bélarus, privant cinq pays européens de brut russe pendant plusieurs jours.

Le Bélarus, qui tire des recettes importantes du raffinage et de la revente à l'étranger de brut russe, s'oppose à la décision de Moscou de lui imposer des droits de douane sur le pétrole livré.

Les négociateurs bélarusses ont présenté des "compromis possibles sur tous les points en discussion" mais leurs interlocuteurs russes n'étaient "de toute évidence pas prêts à prendre une décision", a affirmé la source bélarusse.

Plusieurs rounds de négociations se sont déjà déroulés, sans succès, en décembre et début janvier. Des responsables russes ont déclaré que ces discussions seraient sans impact sur les livraisons de pétrole russe à l'Europe, sans forcément rassurer.

Première publication : 07/01/2010

COMMENTAIRE(S)