Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Tony Parker : "On n'a jamais eu autant de talents dans notre équipe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Epidémie d'ébola : des tests de vaccins concluants

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

JO : Pékin est la 1ère ville à accueillir les jeux d’été et les jeux d’hiver

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

PKK et Groupe Etat Islamique : le double jeu d’Erdogan

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants à Calais : Paris et Londres unis mais démunis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La Seine : le XXIème arrondissement de Paris

En savoir plus

FOCUS

Brésil : des cours par visioconférence au cœur de l’Amazonie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le petit prince", du livre à l'écran

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Syrie : "L'Armée de la conquête" à la recherche de respectabilité

En savoir plus

Asie - pacifique

Un journal indien compare la police australienne au Ku Klux Klan, Canberra voit rouge

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/01/2010

Après le meurtre d'un étudiant indien en Australie, le journal indien "Mail Today" a publié un dessin montrant un badge de policier australien, illustré d'une cagoule du Ku Klux Klan. L'Australie s'insurge.

AFP - L'Australie a condamné vendredi la publication dans la presse indienne d'un dessin comparant sa police au Ku Klux Klan, après le meurtre d'un étudiant indien le week-end dernier.

Nitin Garg, un jeune homme de 21 ans, a été poignardé à l'abdomen samedi à Melbourne alors qu'il se rendait à son travail. Depuis 18 mois, plusieurs étudiants indiens ont été la cible d'agressions en Australie.

Ce meurtre a suscité la publication mardi dans le journal indien Mail Today d'un dessin montrant un badge de policier australien, illustré d'une cagoule de l'organisation raciste et antisémite américaine Ku Klux Klan.

"Toute comparaison de cette nature est profondément offensante et je condamne ce genre de démarche", a déclaré le vice-Premier ministre australien, Mme Julia Gillard, affirmant cependant n'avoir pas vu le dessin.

Elle a affirmé que la police de l'Etat du Victoria, où a eu lieu le meurtre, travaillait avec les responsables de la communauté indienne et avait renforcé ses patrouilles dans les zones théâtres d'attaques contre des étudiants indiens.

En mai 2009, plusieurs centaines d'entre eux avaient manifesté dans les rues de Melbourne et de Sydney pour dénoncer ces agressions.

Le ministre de la Police du Victoria, Bob Cameron, a lui aussi condamné le dessin de la presse indienne, précisant que la nature du meurtre de Nitin Garg faisait l'objet d'investigations.

Cette succession d'incidents a jeté un froid sur les relations entre l'Inde et l'Australie, qui nie le caractère raciste des agressions. Canberra a cependant multiplié les contacts avec des diplomates indiens pour tenter de rassurer New Dehli.

Le Mail Today, un journal populaire, a défendu vendredi le choix du journal.

"Nous percevons la police de Melbourne comme une organisation raciste simplement parce qu'il semble qu'elle ne réagit pas suffisamment vite, ou suffisamment sérieusement, aux attaques d'étudiants indiens", a déclaré le rédacteur en chef, Bharat Bhushan, dans un communiqué.

"Pourquoi la police de Melbourne refuse-t-elle d'accepter le caractère raciste des attaques ?", s'est interrogé M. Bharat, pour qui le dessin de presse reflète un sentiment général d'injustice en Inde.

Bharat Bhushan a déclaré à l'AFP que selon des statistiques de la police australienne, une personne sur 1.000 vivant à Melbourne est indienne mais qu'une agression sur vingt vise un citoyen du sous-continent.

Première publication : 08/01/2010

  • INTERNET

    Google refuse de supprimer une photo raciste de Michelle Obama

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)