Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Crise grecque : l'Europe dans la tourmente

En savoir plus

POLITIQUE

Terrorisme : quelles réponses face à la menace ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les druzes pris dans le tourbillon de la guerre en Syrie

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Crise grecque : la France et l'Allemagne auraient dû montrer l'exemple, selon Jean-Dominique Giuliani

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"À l'affiche !" à Paris : de la Préhistoire au musée du Louvre

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : Boko Haram, fléau du Nigeria

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

DSK, son retour en 2017 est-il possible ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

L'organisation de "l'État islamique s'étend et se consolide dans des espaces abandonnés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Valls veut fermer des mosquées salafistes

En savoir plus

EUROPE

Une bombe explose devant le Parlement sans faire de victimes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/01/2010

Une bombe a explosé en début de soirée devant le Parlement, en plein centre d'Athènes, occasionnant des dégâts matériels mineurs. La police, prévenue avant l'explosion, avait évacué les lieux.

AFP - Un attentat à l'engin explosif, qui n'a pas fait de victimes, a été commis samedi à Athènes devant la tombe du soldat inconnu, devant le Parlement grec, en plein centre de la capitale, a indiqué une source policière.
   
L'explosion, survenue à 19h57 heure locale (16h57 GMT) et précédée d'un appel téléphonique d'avertissement auprès du quotidien grec Elefthérotypia, n'a fait que des dégâts mineurs, brisant quelques vitres des guérites policières aux alentours, selon une source policière.
   
La police avait évacué la zone des passants et des evzones, membres de la garde présidentielle, gardant le monument.
   
L'explosion, de faible puissance, s'est produite 17 minutes après l'appel, un peu moins que le délai donné par l'auteur de l'appel.
   
L'engin, muni d'un mécanisme de retardement, avait été placé dans une poubelle à quelques mètres d'une guérite policière, à l'un des angles de l'esplanade abritant le monument, en contrebas du Parlement, a précisé la source policière.
   
L'enquête sur cette attaque à haute charge symbolique, visant pour la première fois le Parlement, a été confiée aux services anti-terroristes.
   
Imputés par la police à des activistes d'extrême gauche ou anarchistes, les attentats à l'explosif ne faisant pas de victimes et visant des intérêts économiques et des bureaux de personnalités politiques se sont multipliés en Grèce depuis la mort, le 6 décembre 2008, d'un adolescent tué par un policier à Athènes.
   
Le dernier en date, également précédé d'un appel téléphonique d'avertissement, avait visé le 27 décembre l'immeuble de la plus grande compagnie d'assurance grecque à Athènes, Ethniki Asfalistiki, causant d'importants dégâts.
   
Il a été revendiqué le lendemain par un groupe se réclamant de la mouvance anarchiste, la "Conspiration des cellules de feu", auteur depuis 2008 de dizaines d'attaques contre des bureaux et domiciles de responsables politiques.
   
Se déclarant hostiles au mode de vie occidental, les auteurs du texte de revendication indiquent avoir voulu "perturber le calme de la ville".
   
La police avait découvert en septembre 2009 une planque du groupe dans une banlieue d'Athènes, et a arrêté six membres présumés, des jeunes gens, dont trois ont été placés en détention préventive.
   
Une autre organisation,  Lutte révolutionnaire (EA), active depuis six ans et figurant sur la liste des organisations terroristes de l'Union européenne, avait pour sa part revendiqué en septembre un attentat à l'explosif contre la Bourse d'Athènes, sans victimes.

 

Première publication : 09/01/2010

COMMENTAIRE(S)