Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

A supprimer

Pour Pyongyang, un accord de paix avec Washington reste le préalable à la dénucléarisation

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/01/2010

Dans un communiqué, la Corée du Nord réaffirme, ce lundi, que la signature d'un accord de paix avec les États-Unis est, pour elle, une condition sine qua non à l'abandon de son programme nucléaire.

AFP - La Corée du Nord a appelé lundi à des discussions en vue d'un traité de paix avec les Etats-Unis, une condition posée de longue date par le régime communiste avant de renoncer à ses programmes nucléaires.

"La conclusion d'un traité de paix contribuera à mettre un terme aux relations d'hostilité entre la RPDC (République populaire démocratique de Corée) et les Etats-Unis", indique un communiqué du ministère nord-coréen des Affaires étrangères cité par la presse officielle.

"Cela contribuera à promouvoir la dénucléarisation rapide de la péninsule coréenne", ajoute le texte.

La Corée du Nord fait régulièrement de la conclusion d'un tel traité la condition sine qua non de son abandon du nucléaire, car le régime estime que les Etats-Unis sont ses seuls véritables interlocuteurs.

Outre la certitude de ne pas être attaqué, obsession récurrente du régime, un traité de paix aurait aussi pour ce pays économiquement à terre l'avantage d'ouvrir la voie à une levée des sanctions internationales mises en place après ses deux essais atomiques de 2006 et 2009.

La guerre de Corée s'est achevée par un armistice, mais sans traité de paix, laissant techniquement la péninsule coréenne en état de guerre.

La signature d'un traité de paix nécessiterait, outre la signature des Etats-Unis, celle de la Chine, parties prenantes du conflit coréen.

La Corée du Nord avait déjà appelé, exactement dans les mêmes termes, à l'occasion du Nouvel An, à "la fin des relations hostiles avec les Etats-Unis".

Ce nouvel appel au dialogue survient également un mois après la visite à Pyongyang de l'émissaire américain Stephen Bosworth.

Mais pour Kim Yong-Hyun, professeur à l'université de Dongguk à Séoul, l'offre du régime d'un traité de paix est "irréaliste".

"La proposition vise à reprendre la main pour de futures négociations et à s'assurer de nouvelles concessions lorsque les discussions reprendront avec les Etats-Unis ou la Corée du Sud", a-t-il dit.

A ce sujet, le régime communiste a de nouveau affirmé lundi qu'il était prêt à renouer les discussions, mais seulement si les sanctions à son égard étaient levées.

Tout en accueillant favorablement le moindre geste apparent d'ouverture du régime stalinien, Washington estime que la Corée du Nord doit, avant toute discussion directe, démontrer sa bonne foi en retournant aux négociations à six sur son programme nucléaire.

Pyongyang a claqué en avril la porte des discussions sur sa dénucléarisation après un tir de missile controversé sanctionné par le Conseil de sécurité de l'ONU. Il a procédé dans la foulée à son deuxième essai nucléaire.

Ces pourparlers, entamés en août 2003, impliquent la Corée du Nord, la Corée du Sud, la Chine, le Japon, les Etats-Unis et la Russie.

Enfin, les Etats-Unis ont affiché maintes fois leur réticence à toute relation avec Pyongyang tant que la situation des droits de l'Homme ne se serait pas améliorée.

Ainsi, le nouvel émissaire américain sur les droits de l'Homme en Corée du Nord a-t-il jugé lundi "affligeant" l'état des libertés dans le pays communiste.

"C'est l'un des endroits les pires au monde en matière de violation des droits de l'Homme. La situation est affligeante", a déclaré Robert King au premier jour d'une visite en Corée du Sud.

"Comme nous l'avons toujours dit, l'établissement de relations entre la Corée du Nord et les Etats-Unis devra prendre en compte la question des droits de l'Homme", a-t-il ajouté.

Première publication : 11/01/2010

COMMENTAIRE(S)