Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

La Suède : un modèle pour tous ? (partie 2)

En savoir plus

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes françaises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il neige en hiver"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Disparition du vol AirAsia : un coup dur pour la compagnie low-cost

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Afghanistan : treize ans d'échecs"

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

SUR LE NET

Les campagnes virales des marques pour Noël

En savoir plus

Economie

Airbus mène toujours la course devant Boeing

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/01/2010

En dépit des difficultés de l'A380, l'avionneur européen confirme sa position de leader du secteur en devançant une nouvelle fois son concurrent américain. L'an dernier, Airbus a livré 498 appareils - un record - et pris 310 commandes.

AFP - Le constructeur aéronautique européen Airbus a conforté en 2009 sa place de numéro 1 mondial devant son concurrent américain Boeing avec une livraison record de 498 avions, malgré les difficultés persistantes de son aéronef géant l'A380 et la crise mondiale.

Le groupe a livré un total de 498 appareils aux compagnies aériennes l'an dernier dont une écrasante majorité (402) de moyen-courriers de la famille A320, selon un bilan dévoilé mardi à Séville où le constructeur possède une usine d'assemblage de l'avion militaire A400M.

Airbus a ainsi battu son précédent record de 2008 établi à 483 appareils.

L'an passé, il a également pris 310 commandes, un nombre supérieur à son objectif (300). Comme en 2008, il a fait mieux que Boeing, qui a livré 481 appareils et enregistré 263 commandes.

Compte tenu de certaines annulations de commandes par les compagnies aériennes touchées par la crise, le total des commandes nettes d'Airbus atteint 271 appareils, pour une valeur de 30,3 milliards de dollars au prix catalogue.

"C'est une année de réussite pour Airbus" dans un contexte de crise, a estimé le président du constructeur Thomas Enders qui a récemment relancé la polémique autour du programme A400M, en retard et coûteux, en menaçant les pays clients d'y mettre fin faute d'un accord sur le financement.

En 2009, Airbus a bénéficié de son important carnet de commandes et du fait que les compagnies aériennes "ont gardé un accès aux financements" pour acheter des avions, a-t-il expliqué.

Tous types d'avions confondus, la production en 2010 devrait rester globalement "stable", a par ailleurs précisé M. Enders. Airbus devrait ainsi livrer entre 480 et 500 avions cette année, selon le numéro deux d'Airbus, Fabrice Brégier.

En ce qui concerne les commandes, la "prévision se situe entre 250 et 300", a précisé le directeur commercial, John Leahy, expliquant qu'un "pic" avait été atteint il y a un ou deux ans.

En 2009, Airbus n'a livré que dix A380 contre douze en 2008, une "grande déception", pour la direction qui avait à plusieurs reprises abaissé ses ambitions, a reconnu M. Enders.

"Nous avons pris des décisions pragmatiques", afin d'améliorer la situation, "nous n'avons pas de temps à perdre, notre objectif est clair: vingt avions cette année", a-t-il toutefois déclaré lors de la conférence de presse.

De son côté, Fabrice Brégier a rappelé la nécessité de "résorber les nombreuses difficultés" de production de l'avion géant, liées à la possibilité pour les compagnies de personnaliser cet appareil.

Il a indiqué, sans donner d'échéance, que le groupe ambitionnait de produire quatre A380 par mois.

Outre la complexité de la production, les avions, déjà en exploitation, ont connu des incidents techniques, à l'instar de celui de la compagnie Air France, qui devrait recevoir son deuxième appareil vers la fin du mois de janvier.

"L'aspect positif est que les clients, les passagers aiment cet avion. C'est un avion qui va générer des revenus", a encore commenté Tom Enders.

"2009 n'a pas été une année facile avec un dollar faible, nous avons expérimenté un certain nombre de difficultés", a commenté le PDG Louis Gallois.

"Mais EADS a démontré sa capacité à résister", a-t-il ajouté.

Première publication : 12/01/2010

COMMENTAIRE(S)