Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bachar al-Assad, "boucher" ou interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" serait déprogrammé du FESPACO

En savoir plus

FOCUS

Élections européennes : l'enjeu de l'immigration

En savoir plus

FOCUS

Les officiers du LAPD équipés de caméras portatives

En savoir plus

FOCUS

En Tunisie, le tourisme reprend des couleurs

En savoir plus

FOCUS

Le FPÖ ou la nostalgie d'un "monde allemand"

En savoir plus

FOCUS

Les médias pakistanais n’hésitent plus à s’autocensurer

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fumio Kishida , ministre des Affaires étrangères du Japon

En savoir plus

POLITIQUE

"Le vrai problème, c’est le fonctionnement de l’État grec"

En savoir plus

Asie - pacifique

Pékin teste avec succès un système de défense antimissiles

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/01/2010

La Chine a conduit avec succès le test d'un nouveau système de défense aérienne. Il intervient alors que les États-Unis viennent d'annoncer la vente d'un dispositif similaire à Taïwan, dans le cadre d'un accord passé avec Taipei en 2008.

AFP - La Chine a testé avec succès un système de défense aérien, interceptant un missile en vol, a annoncé l'agence Chine Nouvelle mardi, au coeur d'une polémique sur des ventes d'armements américains à Taïwan.

"La Chine a conduit un test de technologie d'interception à mi-course d'un missile depuis le sol, à l'intérieur de son territoire. L'essai a atteint son but", a affirmé Chine Nouvelle.

Le test, conduit lundi, "est de nature défensive et ne vise aucun pays", a ajouté l'agence officielle.

La semaine dernière, un responsable américain a annoncé que les Etats-Unis avaient donné leur feu vert à la vente de système antimissiles à Taïwan dans le cadre d'un accord passé entre les deux alliés en 2008.

Le Pentagone "a attribué à Lockheed Martin le contrat pour fournir le système de défense antimissile Patriot à Taïwan dans le cadre d'un vaste accord d'armement approuvé par le Congrès en 2008", a déclaré un porte-parole de l'Institut américain à Taïwan, ambassade de facto des Etats-Unis dans l'île.

La République populaire de Chine considère que Taïwan fait partie de son territoire et doit revenir dans son giron, au besoin par la force, et s'est systématiquement et énergiquement opposée à cette vente d'armements.

Le ministère de la Défense a averti le week-end dernier qu'il se réservait le droit de prendre des mesures, non précisées, si Washington menait ce projet à bien, estimant qu'une telle vente constituerait "un obstacle sévère" aux relations militaires sino-américaines.

Les Etats-Unis ont reconnu Pékin en 1979 au détriment de Taipei mais restent le principal allié de l'île considérée par la Chine comme rebelle et son principal fournisseur d'armements.
 

Première publication : 12/01/2010

COMMENTAIRE(S)