Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Economie

Paris ne veut pas d'une Clio produite en Turquie

©

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/01/2010

La perspective d'une éventuelle délocalisation par Renault de la production de la Clio en Turquie provoque une levée de boucliers au sein du gouvernement. L'État, actionnaire de Renault, s'y oppose.

AFP - Le gouvernement a haussé le ton mardi face à Renault, dont il est le premier actionnaire, en le sommant de renoncer à une éventuelle délocalisation de la production de la Clio en Turquie qui suscite de très nombreuses critiques.

A la veille d'une rencontre entre le ministre de l'Industrie Christian Estrosi et le directeur général de Renault Patrick Pélata, le constructeur a tenu à réaffirmer dans un communiqué qu'aucune "décision n'avait été prise à ce stade" concernant le lieu de production de la prochaine Clio.

Mais le ton de la discussion avait d'ores et déjà été donné.

Le ministre de l'Industrie a été très clair sur le message qu'il va délivrer mercredi au constructeur: l'Etat n'acceptera pas de délocalisation. Il s'était déjà dit "choqué" d'un tel projet, dévoilé par la presse.

"Nous nous ne laisserons pas la Clio 4 être produite en Turquie. La Renault sera produite en France pour être vendue en France", a déclaré le ministre à l'Assemblée nationale en réponse à une question du député socialiste Jean-René Marsac.

"Lorsqu'une voiture française est destinée à être vendue en France, elle doit être produite en France. Lorsque nous soutenons à hauteur de 6 milliards d'euros à la fois PSA et Renault pour leur permettre de faire face à la crise (...) l'Etat a à dire ce qu'il a à dire", a martelé M. Estrosi.

Le secrétaire d'Etat à l'emploi Laurent Wauquiez a suivi les pas du ministre de l'Industrie intimant l'ordre à Renault de ne pas dépasser une "ligne rouge", à savoir de ne décider "aucune fermeture de site, aucun licenciement" en France.

"Il faut que Renault connaisse ce qui est pour nous la ligne rouge absolue parce qu'ils se sont engagés sur le Pacte automobile; elle est simple: aucune fermeture de site, aucun licenciement" en France. "Renault n'est pas une entreprise comme une autre, parce que l'Etat est actionnaire à 15% et ce n'est pas juste pour être spectateur, et parce que c'est une entreprise qu'on a beaucoup aidé pendant la crise", a noté M. Wauquiez.

Ces deux avertissements sans frais ont clôturé une volée de critiques émanant de l'UMP, du PS ou du monde syndical depuis la révélation vendredi de cette éventuelle délocalisation.

Mais l'Etat, bien qu'actionnaire, a-t-il les moyens d'empêcher le constructeur de prendre une telle décision? Cela ne semble pas aussi simple.

"En théorie, l'Etat ne peut pas faire grand chose, a assuré à l'AFP un analyste du secteur automobile. Les engagements en contre-partie du prêt de l'Etat pour soutenir la filière automobile concernaient des restructurations d'usines et non la production de la Clio."

"Il y avait des engagements et des promesses liés au prêt qui étaient tellement larges qu'elles sont aussi faciles à respecter qu'à contourner, explique Carlos da Silva, analyste du secteur. L'Etat n'a pas les moyens a priori d'infléchir la décision de Renault, mais il a d'autres moyens de pression."

"L'Etat n'est pas un actionnaire comme les autres, a-t-on indiqué au cabinet du ministre de l'Industrie. Face à la crise subie de plein fouet par les constructeurs automobiles, l'Etat a pris ses responsabilités. Maintenant Renault doit prendre les siennes".

Renault avait précisé dès vendredi que quel que soit le lieu de production choisi, cela n'aurait aucune incidence sur l'emploi et la pérennité du site de Flins. En 2009, l'usine française a produit 140.000 Clio.

Première publication : 12/01/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)