Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso : Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

Amériques

Procès décisif pour le mariage homosexuel en Californie

Vidéo par Valérie DEFERT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/01/2010

Adoptée en 2008 par référendum, la Proposition 8, qui avait annulé la décision prise par la Cour suprême californienne d'autoriser les unions homosexuelles, est au cœur de la procédure qui s'est ouverte devant une cour fédérale de San Francisco.

AFP - Opposants et défenseurs du mariage homosexuel en Californie (ouest des Etats-Unis) défendent depuis lundi leurs positions devant une cour fédérale à San Francisco, dans un procès décisif qui pourrait au final sceller l'avenir des unions gays dans tous les Etats-Unis.

La Proposition 8, dont l'adoption en novembre 2008 par 52% des Californiens avait annulé la décision de la Cour suprême de l'Etat d'autoriser les unions homosexuelles, est au coeur de ce procès, qui s'est ouvert dans la matinée.

La décision de la Cour suprême de Californie avait incité des milliers de couples homosexuels à se passer la bague au doigt, mais quelques mois plus tard, la Proposition 8 avait amendé la Constitution de l'Etat en statuant que "seul le mariage entre un homme et une femme est valide et reconnu par l'Etat de Californie". Les mariages déjà célébrés avaient cependant été validés.

Le "mariage" de Kristin Perry et Sandra Stier était plus ancien encore. Les deux femmes s'étaient mariées à San Francisco en 2004, après que le maire de la ville eût autorisé les unions entre personnes de même sexe. Quatre mille autres couples avaient fait de même, mais ces mariages avaient été invalidés six mois plus tard par la Cour Suprême de l'Etat.

Les deux femmes, qui sont les principales plaignantes de ce procès, n'ont même pas voulu se "remarier" en 2008, de peur d'être "humiliées" à nouveau, ont-elle témoigné lundi devant la Cour.

Quand elle a reçu la lettre annulant son union, Kristin Perry a eu le sentiment de "ne pas être assez bien pour pouvoir se marier", a-t-elle dit.

Pour elle, le terme "mariage" est important car "il symbolise peut-être la plus importante décision que l'on puisse prendre à l'âge adulte".

Pouvoir me marier "me donnerait le sentiment d'être intégrée au tissu social de la société dans laquelle je vis", a affirmé sa partenaire Sandra Stier.

"Je veux que nos enfants soient fiers de nous. Je ne veux pas qu'ils aient à s'inquiéter pour nous", a-t-elle ajouté.

Les audiences devaient être retransmises en direct sur la site de partage de vidéos YouTube, mais les opposants au mariage gay, qui étaient contre cette diffusion, avaient déposé un recours pendant le week-end.

La Cour suprême des Etats-Unis leur a donné provisoirement satisfaction, en interdisant la retransmission, au moins jusqu'à mercredi, le temps qu'elle étudie le dossier.

Une centaine de personnes des deux bords s'étaient réunies lundi devant le tribunal, faisant assaut de pancartes et de banderoles: "Mariage = un homme et une femme" d'un côté, "Nous méritons tous d'avoir la liberté de nous marier", de l'autre.

Les opposants à la Proposition 8 affirment qu'elle est discriminatoire envers les homosexuels, et donc contraire à la Constitution américaine. Ses défenseurs font valoir de leur côté que les électeurs californiens se sont exprimés et que rien ne devrait autoriser à remettre en cause leur décision.

Le procès n'est pas sans risques pour les défenseurs du mariage gay. Car, quelle que soit la décision de la cour, elle devrait être contestée et pourrait finir devant la Cour suprême américaine.

Or, une décision de la Cour suprême scellerait le sort des unions homosexuelles sur l'ensemble du territoire américain, sans possibilité de recours pour l'une ou l'autre des parties.

Seuls cinq Etats américains autorisent aujourd'hui les unions homosexuelles: l'Iowa, dans le centre, le Connecticut, le Massachusetts, le Vermont et le New Hampshire dans le nord-est.

 

Première publication : 12/01/2010

COMMENTAIRE(S)