Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

#ActuElles

En finir avec les violences faites aux femmes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le président Ouattara exige des militaires un retour au calme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Macronomics" : les réformes d'Emmanuel Macron pour la France

En savoir plus

Amériques

Les autorités arrêtent un puissant baron de la drogue

Vidéo par Céline MISSOFFE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/01/2010

Teodoro Eduardo Garcia Simental, dit "El Teo", considéré comme l'un des principaux barons de la drogue du Mexique, a été arrêté. Un mois après la mort du trafiquant Arturo Beltran Leyva, il s'agit d'une nouvelle victoire pour le gouvernement.

AFP - Le gouvernement mexicain a marqué un nouveau point mardi dans sa lutte contre les cartels de la drogue avec l'arrestation d'un des trafiquants les plus recherchés du pays, Teodoro Eduardo Garcia Simental dit "El Teo", moins d'un mois après la mort de l'un des principaux patrons des cartels, Arturo Beltran Leyva.

Teodoro Garcia Simental, arrêté à l'aube à La Paz, dans l'Etat de Basse-Californie du Sud (nord-ouest), a été présenté en début d'après-midi à la télévision.

Le gouvernement mexicain, qui a érigé la lutte contre les cartels en priorité nationale, leur porte là un nouveau coup, moins d'un mois après la mort d'Arturo Beltran Leyva, patron du cartel portant son nom.

Beltran Leyva a été abattu le 16 décembre à l'issue d'une opération de longue haleine, conclue par un assaut de l'infanterie de marine. L'arrestation de son frère Carlos, quelques jours plus tard, a affaibli un peu plus ce clan familial qui est réputé contrôler 15% du trafic de stupéfiants mexicain.

"El Teo" n'était sans doute pas du niveau d'Arturo Beltran Leyva, mais figurait néanmoins sur la liste des 24 responsables des cartels de la drogue les plus recherchés au Mexique, pour la capture desquels le gouvernement avait offert jusqu'à l'équivalent de 2,3 millions de dollars (1,4 million d'euros) en mars dernier.

En janvier 2009, un homme de main avait avoué avoir fait disparaître 300 cadavres dans de l'acide pour son compte: "El Teo me payait 600 dollars la semaine", avait déclaré Santiago Meza Lopez, 45 ans, classé en 10e position sur la liste des individus les plus recherchés par le FBI aux Etats-Unis, et arrêté dans la région frontalière de Tijuana.

Certains experts considéraient aussi "El Teo" comme une "force montante", depuis sa séparation du cartel de Tijuana, dit aussi de la famille Arellano Felix, contre lequel il aurait conclu une alliance avec un autre cartel, dit de Sinaloa.

Cette redistribution des cartes serait à l'origine de la recrudescence récente des meurtres à Tijuana, à la frontière californienne des Etats-Unis face à San Diego: environ 1.500 depuis janvier 2008.

Teodoro Eduardo Garcia Simental avait failli être arrêté en novembre 2007, à l'issue d'une fusillade avec l'armée à Tijuana. Son arrestation avait d'ailleurs été annoncée, mais immédiatement démentie.

Les derniers coups portés aux cartels donnent autant d'arguments au gouvernement du président Felipe Calderon pour défendre sa stratégie de lutte contre le "crime organisé", dont l'efficacité a été mise en cause par des opposants ces derniers mois.

Il est vrai que la guerre des cartels pour le contrôle du trafic et l'approvisionnement du marché américain a fait plus de 15.000 morts depuis l'entrée en fonctions de son administration, fin décembre 2006, malgré le déploiement de quelque 50.000 militaires en renfort de la police.

Nombre de critiques soulignent aussi qu'un "baron" et son cartel semblent échapper jusqu'ici à l'offensive gouvernementale: le chef du cartel de Sinaloa, Joaquin "Chapo" Guzman".

Celui-ci est toujours en fuite depuis son évasion d'un pénitencier mexicain en 2001, et figure désormais sur la liste des milliardaires en dollars du magazine américain Forbes.

Officiellement, les autorités affirment pourchasser tous les trafiquants sans distinction. Mais elles laissent entendre que la puissance réelle de Guzman n'est plus ce qu'elle était, et qu'il serait "un symbole des cartels du passé".

 

Première publication : 13/01/2010

COMMENTAIRE(S)