Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Santé

L'épidémie de grippe A (H1N1) est terminée en France

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/01/2010

Selon le réseau Sentinelles-Inserm, le nombre de cas est passé sous le seuil épidémique depuis deux semaines. La prudence reste toutefois de mise car l'Hexagone n'est pas à l'abri d'une deuxième phase dans quelques mois.

AFP - La vague épidémique de grippe H1N1 en France est terminée, a annoncé mercredi le réseau Sentinelles-Inserm, composé de médecins généralistes, alors que seulement 5,5 millions de personnes sont vaccinées et que la gestion de l'épidémie par le gouvernement fait l'objet de critiques.
   
"C'est la fin de l'épidémie" en France métropolitaine, a annoncé mercredi à l'AFP le Dr Thierry Blanchon du réseau Sentinelles Inserm.
   
"Le virus circule sûrement encore, mais c'est une circulation véritablement faible. Cela ne veut pas dire pour autant qu'il faut arrêter de se vacciner car personne ne peut garantir que cette pandémie ne fera pas de rebond" avant l'hiver prochain, a-t-il souligné.
   
"Nous sommes effectivement en dessous du seuil épidémique. C'est la fin de cette vague. Néanmois le virus circule encore, on enregistre encore des cas, des cas graves et des décès", nuance le Dr Françoise Weber, patronne de l'Institut de veille sanitaire (InNS). "On ne sait pas quel sera le comportement ultérieur de la pandémie", ajoute-t-elle.
   
"La fin d'une situation épidémique - qui repose sur une notion quantitative - ne signifie pas la fin du risque de contracter une grippe car le virus circule encore", insiste-t-elle.
   
En tout cas, la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a continué ces derniers jours d'encourager la vaccination, tout en prévoyant de réduire sérieusement la voilure dans les prochaines semaines avec la réduction, début février, du nombre de centres de vaccination ouverts.
   
La France avait commandé à l'origine 94 millions de doses, mais seulement 5,5 millions de personnes ont été vaccinées, un nombre jugé insuffisant, par les autorités. Le pays a dû ainsi négocier la résiliation de commandes de 50 millions de doses de vaccins et tente d'en revendre, à l'instar d'autres pays comme l'Allemagne ou les Pays-Bas.
   
En France, comme dans d'autres pays occidentaux, le nombre des volontaires a souvent été plus faible que les autorités sanitaires ne l'avaient espéré.
   
Alors que l'affluence semble se réduire dans les centres de vaccination, mardi les généralistes devaient en théorie prendre le relais. Mais ce lancement était handicapé notamment par le manque de disponibilité des doses, les praticiens devant aller les chercher eux-mêmes dans les centres de vaccination.
   
Des médecins volontaires pour ce mode de vaccination attendaient en outre des informations pratiques sur le processus à suivre.
   
Mardi soir, les députés et médecins Jean-Marie Le Guen et Gérard Bapt (PS) ont émis des craintes sur la "perte de confiance" de la population dans cette affaire.
   
"Le débat principal (...) c'est de savoir quelles seront les séquelles de cette crise en matière de santé publique", a renchéri Marisol Touraine, autre député socialiste.
   
C'est le même réseau Sentinelles qui avait annoncé que la grippe avait franchi pour la première fois le seuil épidémique en métropole lors de la première semaine de septembre.
   
Le début de l'épidémie était ensuite confirmé le 16 septembre par Roselyne Bachelot.
   
Un peu plus de 6,5 millions de personnes auraient déjà été infectées par le virus grippal pandémique en France depuis le début du mois d’août, d'après les évaluations des réseaux Grog qui dénombraient encore 144.000 cas de grippe la semaine dernière. Selon des travaux récents, ce chiffre pourrait être supérieur, des millions de personnes ayant contracté le virus sans le savoir et sans manifester de symptômes.
   
La grippe pandémique a tué au total 269 personnes en France depuis le début de l'épidémie, dont 240 en métropole.
   

 

Première publication : 13/01/2010

  • GRIPPE A(H1N1)

    La France négocie les frais de résiliation de ses commandes de vaccin annulées

    En savoir plus

  • CHINE

    Levée de l'embargo sur le porc américain, canadien et mexicain

    En savoir plus

  • FRANCE

    La polémique sur la revente des stocks de vaccins contre la grippe A enfle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)