Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement.

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement.

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Puppa Lek Sen, héritier du reggae africain

En savoir plus

FOCUS

Proche-Orient : l’essor du tourisme politique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Tensions entre Grecs et réfugiés sur l’île de Chios

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le plan pour l'islam de France

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : Yellen promet une hausse progressive des taux, les marchés réagissent

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

Economie

Renault veut mettre fin à la production de Clio en Slovénie et en Espagne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/01/2010

Alors que le gouvernement français tente de dissuader Renault de délocaliser la production de Clio en Turquie, le constructeur fait part de sa volonté de fermer ses usines en Espagne et en Slovénie.

AFP - Le constructeur automobile français Renault prévoit d'arrêter la production de la Clio en Espagne et en Slovénie, a annoncé mercredi son directeur général Patrick Pelata, à la sortie d'une réunion avec le ministre de l'Industrie, Christian Estrosi.

"On a prévu d'arrêter la production de la Clio en Espagne et en Slovénie", a-t-il déclaré, à l'issue de cet entretien consacré à une éventuelle délocalisation de la production de la future Clio IV en Turquie, à laquelle le gouvernement est opposé.

De janvier à juin 2009, près de 8.000 Clio III sont sorties de l'usine de Valladolid, en Espagne, selon les derniers chiffres disponibles. Ces voitures sont essentiellement destinées aux marchés espagnol et portugais, a précisé un porte-parole de Renault.

Au premier semestre 2009, environ 17.000 Clio II ont été produites à Novo Mesto, en Slovénie.

 

Première publication : 13/01/2010

COMMENTAIRE(S)