Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

Economie

Victime d'une cyber-attaque, Google menace de se retirer de Chine

Vidéo par Karina CHABOUR

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/01/2010

Victime d'une cyber-attaque sur le territoire chinois, le célèbre moteur de recherche envisage de cesser ses activités en Chine pour ne plus avoir à subir la censure de Pékin.

REUTERS - Google a dit mardi envisager une fermeture de son portail internet et de ses activités en Chine, affirmant ne plus vouloir subir la censure des autorités chinoises sur les résultats fournis par son moteur de recherche.

Le géant de l’internet a expliqué avoir été la cible d’une cyberattaque coordonnée et « très sophistiquée » lancée en décembre par des pirates informatiques en Chine.

Google a précisé que ces derniers avaient tenté de forcer l’accès des comptes gmail - le service courrier électronique de Google - de militants chinois des droits de l’homme.

Google a également dit que les pirates avaient voulu obtenir des informations d’autres entreprises, sans préciser le contenu de ces informations, ni le nom des entreprises concernées.

Le groupe a ajouté coopérer avec les autorités américaines.

« Ces attaques et la surveillance qu’elles ont révélée - combinées avec les tentatives au cours de l’année écoulée de limiter la liberté de parole sur le web - nous ont conduits à la conclusion que nous devions rééxaminer la possibilité de nos activités commerciales en Chine », a dit David Drummond, chef du département juridique, dans un message posté sur le blog de la compagnie.

« Nous avons décidé que nous ne voulons plus censurer nos résultats (de recherche) sur Google.cn et au cours des prochaines semaines nous allons discuter avec le gouvernement chinois de la possibilité de faire fonctionner, dans le cadre de la loi, un moteur de recherche sans filtre », déclare Google dans un communiqué.

« Nous prenons acte du fait que ce processus pourrait se traduire par la fermeture de Google.cn, voire de tous nos bureaux en Chine », a poursuivi le portail internet.

Clinton fait part de ses inquiétudes

Dans des échanges d’après-Bourse, le titre Google reculait de 1,2% après avoir annoncé qu’il pouvait quitter la Chine, considérée par les spécialistes comme l’un des principaux moteurs de croissance du secteur technologique dans les années à venir.

De son côté, l’action Baidu, le numéro un de la recherche sur internet en Chine, gagnait 1,9%.

Cette annonce de Google intervient dans un climat de tension accrue entre Washington et Pékin à propos de la liberté d’expression sur internet.

La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a estimé mardi que l’attaque dont a été la cible le portail internet suscitait de graves inquiétudes et exigeait des explications de la part des autorités chinoises.

« Nous avons été informés par Google de ces allégations qui soulèvent de sérieuses inquiétudes et des questions. Nous attendons du gouvernement chinois une explication », a commenté Clinton dans un communiqué à Honolulu.

Clinton a rappelé que « la possibilité d’évoluer avec confiance dans le cyberespace est cruciale dans une société et une économique modernes ».

Lors de sa visite en Chine au mois de novembre, le président américain Barack Obama avait affirmé être « un grand partisan d’un web sans censure ».

« Je peux vous dire qu’aux Etats-Unis, le fait que nous disposions d’un internet libre - d’un accès à internet sans restriction - est une source de force, et je pense que cela doit être encouragé », avait-il déclaré.

 

Première publication : 13/01/2010

COMMENTAIRE(S)