Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

Economie

Victime d'une cyber-attaque, Google menace de se retirer de Chine

Vidéo par Karina CHABOUR

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/01/2010

Victime d'une cyber-attaque sur le territoire chinois, le célèbre moteur de recherche envisage de cesser ses activités en Chine pour ne plus avoir à subir la censure de Pékin.

REUTERS - Google a dit mardi envisager une fermeture de son portail internet et de ses activités en Chine, affirmant ne plus vouloir subir la censure des autorités chinoises sur les résultats fournis par son moteur de recherche.

Le géant de l’internet a expliqué avoir été la cible d’une cyberattaque coordonnée et « très sophistiquée » lancée en décembre par des pirates informatiques en Chine.

Google a précisé que ces derniers avaient tenté de forcer l’accès des comptes gmail - le service courrier électronique de Google - de militants chinois des droits de l’homme.

Google a également dit que les pirates avaient voulu obtenir des informations d’autres entreprises, sans préciser le contenu de ces informations, ni le nom des entreprises concernées.

Le groupe a ajouté coopérer avec les autorités américaines.

« Ces attaques et la surveillance qu’elles ont révélée - combinées avec les tentatives au cours de l’année écoulée de limiter la liberté de parole sur le web - nous ont conduits à la conclusion que nous devions rééxaminer la possibilité de nos activités commerciales en Chine », a dit David Drummond, chef du département juridique, dans un message posté sur le blog de la compagnie.

« Nous avons décidé que nous ne voulons plus censurer nos résultats (de recherche) sur Google.cn et au cours des prochaines semaines nous allons discuter avec le gouvernement chinois de la possibilité de faire fonctionner, dans le cadre de la loi, un moteur de recherche sans filtre », déclare Google dans un communiqué.

« Nous prenons acte du fait que ce processus pourrait se traduire par la fermeture de Google.cn, voire de tous nos bureaux en Chine », a poursuivi le portail internet.

Clinton fait part de ses inquiétudes

Dans des échanges d’après-Bourse, le titre Google reculait de 1,2% après avoir annoncé qu’il pouvait quitter la Chine, considérée par les spécialistes comme l’un des principaux moteurs de croissance du secteur technologique dans les années à venir.

De son côté, l’action Baidu, le numéro un de la recherche sur internet en Chine, gagnait 1,9%.

Cette annonce de Google intervient dans un climat de tension accrue entre Washington et Pékin à propos de la liberté d’expression sur internet.

La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a estimé mardi que l’attaque dont a été la cible le portail internet suscitait de graves inquiétudes et exigeait des explications de la part des autorités chinoises.

« Nous avons été informés par Google de ces allégations qui soulèvent de sérieuses inquiétudes et des questions. Nous attendons du gouvernement chinois une explication », a commenté Clinton dans un communiqué à Honolulu.

Clinton a rappelé que « la possibilité d’évoluer avec confiance dans le cyberespace est cruciale dans une société et une économique modernes ».

Lors de sa visite en Chine au mois de novembre, le président américain Barack Obama avait affirmé être « un grand partisan d’un web sans censure ».

« Je peux vous dire qu’aux Etats-Unis, le fait que nous disposions d’un internet libre - d’un accès à internet sans restriction - est une source de force, et je pense que cela doit être encouragé », avait-il déclaré.

 

Première publication : 13/01/2010

COMMENTAIRE(S)