Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Economie

Victime d'une cyber-attaque, Google menace de se retirer de Chine

Vidéo par Karina CHABOUR

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/01/2010

Victime d'une cyber-attaque sur le territoire chinois, le célèbre moteur de recherche envisage de cesser ses activités en Chine pour ne plus avoir à subir la censure de Pékin.

REUTERS - Google a dit mardi envisager une fermeture de son portail internet et de ses activités en Chine, affirmant ne plus vouloir subir la censure des autorités chinoises sur les résultats fournis par son moteur de recherche.

Le géant de l’internet a expliqué avoir été la cible d’une cyberattaque coordonnée et « très sophistiquée » lancée en décembre par des pirates informatiques en Chine.

Google a précisé que ces derniers avaient tenté de forcer l’accès des comptes gmail - le service courrier électronique de Google - de militants chinois des droits de l’homme.

Google a également dit que les pirates avaient voulu obtenir des informations d’autres entreprises, sans préciser le contenu de ces informations, ni le nom des entreprises concernées.

Le groupe a ajouté coopérer avec les autorités américaines.

« Ces attaques et la surveillance qu’elles ont révélée - combinées avec les tentatives au cours de l’année écoulée de limiter la liberté de parole sur le web - nous ont conduits à la conclusion que nous devions rééxaminer la possibilité de nos activités commerciales en Chine », a dit David Drummond, chef du département juridique, dans un message posté sur le blog de la compagnie.

« Nous avons décidé que nous ne voulons plus censurer nos résultats (de recherche) sur Google.cn et au cours des prochaines semaines nous allons discuter avec le gouvernement chinois de la possibilité de faire fonctionner, dans le cadre de la loi, un moteur de recherche sans filtre », déclare Google dans un communiqué.

« Nous prenons acte du fait que ce processus pourrait se traduire par la fermeture de Google.cn, voire de tous nos bureaux en Chine », a poursuivi le portail internet.

Clinton fait part de ses inquiétudes

Dans des échanges d’après-Bourse, le titre Google reculait de 1,2% après avoir annoncé qu’il pouvait quitter la Chine, considérée par les spécialistes comme l’un des principaux moteurs de croissance du secteur technologique dans les années à venir.

De son côté, l’action Baidu, le numéro un de la recherche sur internet en Chine, gagnait 1,9%.

Cette annonce de Google intervient dans un climat de tension accrue entre Washington et Pékin à propos de la liberté d’expression sur internet.

La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a estimé mardi que l’attaque dont a été la cible le portail internet suscitait de graves inquiétudes et exigeait des explications de la part des autorités chinoises.

« Nous avons été informés par Google de ces allégations qui soulèvent de sérieuses inquiétudes et des questions. Nous attendons du gouvernement chinois une explication », a commenté Clinton dans un communiqué à Honolulu.

Clinton a rappelé que « la possibilité d’évoluer avec confiance dans le cyberespace est cruciale dans une société et une économique modernes ».

Lors de sa visite en Chine au mois de novembre, le président américain Barack Obama avait affirmé être « un grand partisan d’un web sans censure ».

« Je peux vous dire qu’aux Etats-Unis, le fait que nous disposions d’un internet libre - d’un accès à internet sans restriction - est une source de force, et je pense que cela doit être encouragé », avait-il déclaré.

 

Première publication : 13/01/2010

COMMENTAIRE(S)