Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

  • Naufrage d’un ferry en Corée du Sud : des centaines de disparus

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

  • Amnesty International accuse l'Algérie de violer les droits de l'Homme

    En savoir plus

Moyen-orient

Riyad veut convaincre la Syrie de prendre ses distances avec l'Iran

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/01/2010

Depuis hier, le roi Abdallah d'Arabie saoudite reçoit le président syrien Bachar al-Assad à Riyad. Au menu des discussions entre les deux dirigeants : la position de Damas à l'égard de l'Iran et le processus de réconciliation inter-palestinien.

REUTERS - Le président syrien Bachar al Assad a entamé mercredi avec le roi Abdallah d'Arabie saoudite des discussions sur l'Iran et sur les tentatives de réconciliation entre le Hamas, soutenu par l'Iran, et l'Autorité palestinienne, appuyée par les Etats-Unis.

Agitant la carotte d'une aide financière et d'une reprise de ses investissements, Ryad tente de convaincre la Syrie de desserrer ses liens avec l'Iran au profit d'une politique étrangère plus centrée sur la sphère arabe.

L'influence croissante de l'Iran dans le monde arabe depuis l'invasion de l'Irak par les Etats-Unis, en 2003, et ses liens avec la Syrie, avec le Hezbollah libanais, avec le Hamas et avec divers groupes en Irak ont inquiété des alliés des Etats-Unis tels que l'Egypte et l'Arabie saoudite.

Eloigner la Syrie de l'Iran est considéré comme un élément susceptible d'amener la Hamas à assouplir sa position dans les discussions de réconciliation avec son frère ennemi, le Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas.

Le président syrien Assad est arrivé à Ryad et il restera "plusieurs jours" en Arabie saoudite, rapporte l'agence saoudienne SPA.

Lors d'une conférence de presse avec son homologue chinois, le prince Saoud al Fayçal, ministre saoudien des Affaires étrangères, a déclaré qu'Assad et le roi Abdallah discuteraient de "réconciliation arabe", mais il s'est refusé à dire si le président égyptien Hosni Moubarak se joindrait à eux.

 Participation égyptienne ?

Les efforts déployés par l'Egypte pour réconcilier les deux principales factions palestiniennes ont été freinés par ce que Le Caire considère comme une approche peu constructive de la Syrie.

"L'objectif est de réconcilier les Palestiniens avec l'aide des Syriens. Mais il s'agit d'un triangle: les Egyptiens devraient aussi être ici, ce qui signifie qu'il nous faut les réconcilier avec les Syriens. Si Moubarak se joint aux discussions, alors nous parviendrons à une percée", prédit Djamal Kachoggi, ancien diplomate saoudien et rédacteur en chef du journal al Watan.

Le Hamas a battu le Fatah aux élections législatives de 2006. Un accord de partage du pouvoir, négocié par Ryad en 2007, a éclaté et le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza après avoir chassé les forces du Fatah fidèles au président Abbas.

Les autorités saoudiennes et égyptiennes redoutent que l'absence de progrès dans les discussions de paix israélo-palestiniennes - qui dépend en partie de la réconciliation Fatah-Hamas - renforce la position des ultras soutenus par l'Iran.

Les autorités n'ont guère donné de détails sur l'ordre du jour des discussions de Ryad. Elles ont été précédées d'intenses efforts diplomatiques qui ont donné lieu ce mois-ci à une visite exceptionnelle à Ryad du chef politique du Hamas, Khaled Mechaal, basé en Syrie.

Selon des diplomates, le programme nucléaire iranien devrait aussi figurer au menu des discussions. Les Etats-Unis brandissent la menace de nouvelles sanctions de l'Onu contre un programme grâce auquel l'Iran cherche, selon eux, à se doter de l'arme nucléaire. L'Iran s'en défend et assure ne poursuivre que des objectifs civils.
 

Première publication : 14/01/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)