Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le président sortant Bouteflika a voté en fauteuil roulant

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En prison depuis un an, Karim Wade bientôt fixé sur son sort

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

Economie

L'affaire Google n'affectera pas les relations sino-américaines, dit Pékin

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/01/2010

Alors que Google menace de quitter la Chine, Pékin a assuré, vendredi, que cette affaire n'aurait aucun impact sur ses relations commerciales et économiques avec les États-Unis.

AFP - Pékin a assuré vendredi que l'affaire Google n'aurait aucun impact sur ses relations commerciales et économiques avec les Etats-Unis, néanmoins la menace du moteur de recherches américain de quitter la Chine constitue un nouveau sujet de tension dans les relations sino-américaines.

"Quelle que soit la décision que prendra Google, cela n'aura pas d'impact sur les relations commerciales et économiques d'ensemble entre la Chine et les Etats-Unis", a assuré le porte-parole du ministère du Commerce Yao Jian.

"Les deux pays ont des canaux de communications multiples. Nous avons confiance dans le développement sain des relations économiques et commerciales entre la Chine et les Etats-Unis", a-t-il ajouté devant la presse.

Excédé par des attaques informatiques massives "venant de Chine", ciblant des militants des droits de l'homme, le géant de l'internet a menacé mardi de cesser toute opération dans le pays asiatique, l'un des plus grands marchés numériques au monde avec 384 millions d'internautes --selon des chiffres publiés vendredi--, mais sous étroite surveillance politique.

L'affaire s'ajoute aux frictions récurrentes entre les deux grandes puissances du XXIe siècle, après une première visite décevante pour les deux pays du président Barack Obama en Chine en novembre et un sommet de Copenhague en décembre marqué par la rivalité entre Pékin et Washington, les deux plus grands pollueurs de la planète.

Accusations de Washington sur le taux du yuan jugé surévalué et conflits commerciaux portés devant l'Organisation mondiale du Commerce ont également pesé sur les relations bilatérales ces derniers mois.

"C'est inévitable, cela aura un certain impact sur les relations sino-américaines", juge Li Qingsi, professeur de relations internationales à l'Université Renmin de Pékin. "Les conflits impliquant des entreprises chinoises aux Etats-Unis ou vice versa affectent certainement les relations bilatérales", ajoute-t-il.

Pour Russell Leigh Moses, analyste politique basé à Pékin, l'affaire Google est une "petite bourrasque dans la tempête beaucoup plus large symbolisant la manière dont la Chine traite avec les Etats-Unis". "C'est plus une indication que ce qui sépare les deux parties est +philosophique+ et combien il est difficile de résoudre les conflits de manière concrète", estime-t-il.

Un haut responsable du département d'Etat américain a demandé jeudi à Washington des "explications" à des diplomates chinois sur l'affaire Google. La Maison Blanche a indiqué soutenir la décision de Google de ne plus se soumettre à la censure de la Chine sur internet.

Enfin, des élus du Congrès américain entendent profiter de l'incident pour mettre en avant un projet de loi qui interdirait aux entreprises américaines de l'internet de stocker les données personnelles de leur utilisateurs dans les pays qui répriment la liberté d'expression.

"Google a libéré un vent d'espoir dans le coeur de millions de Chinois", a estimé jeudi le représentant républicain Chris Smith, le principal auteur du projet de loi.

Jusqu'à présent, les grandes sociétés américaines de l'internet, Yahoo et Google, s'étaient pliées aux demandes des autorités chinoises pour entrer sur le marché asiatique, s'attirant les critiques des organisations des droits de l'homme.

Le porte-parole du ministère chinois du Commerce Yao Jian a jugé vendredi que les entreprises étrangères devaient "respecter les lois, l'intérêt public, la culture et les traditions des pays hôtes". "La Chine passe d'une économie planifiée traditionnelle à une économie de marché. La stabilité et le développement sont nos priorités actuellement", a-t-il lancé.

Première publication : 15/01/2010

  • INTERNET

    Après les menaces de Google, Pékin se veut rassurant

    En savoir plus

  • INTERNET

    Victime d'une cyber-attaque, Google menace de se retirer de Chine

    En savoir plus

  • ÉDITION

    Une romancière chinoise porte plainte contre Google

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)