Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Amériques

"Game Change", le livre qui dérange Washington

Texte par Jon FROSCH

Dernière modification : 17/01/2010

Un nouveau livre sur la campagne présidentielle de 2008 suscite une vive polémique dans la classe politique aux États-Unis. À la suite de ces révélations, le chef de la majorité démocrate au Sénat a été confronté à des appels à la démission.

"Game Change" n’en finit plus de faire des vagues dans la sphère politique américaine. Près de quinze mois après la victoire de Barack Obama, ce livre revient sur la campagne présidentielle et donne un aperçu des coulisses d’une élection devenue historique.

Sorti en librairie le 11 janvier aux États-Unis, l’ouvrage est signé John Heilemann et Mark Halperin, deux journalistes américains renommés, qui ont recueilli pas moins de 200 témoignages d’acteurs-clés de l'élection.

"Impertinent, plein de révélations et de médisances", commente le quotidien "The New York Times" à l’occasion de sa parution, saluant les scoops qu’il révèle tout en regrettant que la plupart des sources soient anonymes.


La "peau claire" de Barack Obama

Dès sa sortie, "Game Change" a contraint plusieurs politiciens à justifier leurs propos. Parmi eux, le chef de la majorité démocrate au Sénat : Harry Reid. L’ouvrage affirme qu’il aurait déclaré que Barack Obama est populaire grâce à sa "peau claire" ainsi que des discours et son ton qui le démarquent de la commauté afro-américaine. 

Suite à ces révélations, Michael Steele, dirigeant noir de l'opposition républicaine, a demandé la démission de Harry Reid. Mais celui-ci a décidé de rester en poste et de se présenter malgré tout aux élections de mi-mandat, en novembre. Reid a néanmoins présenté ses excuses à Barack Obama, qui lui a accordé son pardon.

Tensions entre Joe Biden et Barack Obama

Le livre dévoile également la relation tumultueuse entre le candidat Obama et son colistier de l'époque, Joe Biden, décrivant les rapports distants et froids entre les deux hommes pendant la campagne.

Les "gaffes" de Joe Biden ont fortement agacé Barack Obama, écrivent les auteurs. Plus particulièrement lorsque qu’il prédisait que le monde "testerait" le jeune président à la première crise internationale. De son côté, le colistier n'aurait pas caché sa frustration de la tournure prise par la campagne.

"Le président et le vice-président ont travaillé en étroite collaboration", a laconiquement répondu le porte-parole de Joe Biden. Et de préciser que les deux journalistes n'auraient pas contacté les équipes de la campagne démocrate pour vérifier ces affirmations.

Hillary Clinton s'y voyait déjà

La polémique n'épargne pas Hillary Clinton. L'ancienne candidate à l'investiture démocrate, depuis nommée secrétaire d'État, est un personnage central du livre. Certaine de gagner la présidentielle, elle aurait demandé à l'un de ses conseillers de préparer son arrivée à la Maison Blanche... un an avant le scrutin !

"Game Change" relève en outre une conversation à laquelle elle aurait pris part, à l'été 2008, après que Barack Obama eut remporté l'investiture démocrate. L'actuelle secrétaire d'État aurait accusé Barack Obama de tricherie lors de la campagne précédant le caucus de l'Iowa. Elle aurait également confié que le choix entre Barack Obama et John McCain, le candidat républicain, était "épouvantable pour notre pays". Enfin, l'ouvrage souligne son refus initial d'occuper le poste de secrétaire d'État en raison de son mari, l'ancien président Bill Clinton, qui pouvait "être un problème".

 Les lacunes de Sarah Palin

Les républicains ne sont pas en reste dans les accusations que porte le livre. Principale cible, Sarah Palin, la colistière de John McCain, auparavant gouverneur de l'Alaska.

Elle ignore "pourquoi il existe deux Corées, ce que fait la Réserve fédérale américaine (Fed), et croit que Saddam Hussein a orchestré le 11-Septembre", retient du livre le blogueur politique Rich Boatti, dans un entretien accordé à France24.com. "Comment quelqu'un d'aussi peu cultivé [qu'elle] a pu devenir gouverneur d'un État américain, puis candidate à la vice-présidence", s'interroge-t-il. Coup du destin, Sarah Palin a depuis rejoint les analystes politiques de la chaîne américaine conservatrice Fox News...

Première publication : 16/01/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Sarah Palin signe un contrat avec la chaîne de télévision Fox News

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)