Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Moyen-orient

Réunion des Six à New York, la Chine s'oppose à des sanctions

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/01/2010

Les six pays en charge du dossier du nucléaire iranien (États-Unis, Grande-Bretagne, Chine, Russie, France et Allemagne) se réunissent samedi à New York. Pékin, dont les liens économiques sont étroits avec Téhéran, s'oppose à de nouvelles sanctions.

AFP - Les six pays chargés du dossier nucléaire iranien se retrouvent samedi à New York, alors que la Chine, l'un d'entre eux, continue de se montrer réticente à de nouvelles sanctions.

Pékin n'enverra qu'un diplomate de second rang à cette réunion du groupe composé des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Chine, Etats-Unis, France, Russie, Royaume-Uni) et de l'Allemagne.

Selon une source diplomatique à l'ONU, rien de spectaculaire ne devrait sortir de ces retrouvailles, après des mois d'efforts infructueux et la pause des fêtes.

"La réunion de (samedi) est utile et importante", a plaidé Philip Crowley, le porte-parole du département d'Etat, même si, a-t-il ajouté, "je ne m'attends pas à ce qu'une décision particulière sorte de cette réunion".

Américains et Européens demeurent en pointe pour demander de nouvelles sanctions internationales contre Téhéran, déjà visé par plusieurs résolutions de l'ONU, et toujours soupçonné de développer des capacités militaires sous couvert d'un programme nucléaire civil.

La Chine, qui entretient des liens économiques étroits avec l'Iran, prône en revanche la poursuite du dialogue, rejointe dans une certaine mesure par la Russie.

Le régime des ayatollahs et du président ultra-conservateur Mahmoud Ahmadinejad a joué au chat et à la souris avec la communauté internationale après la révélation en septembre de l'existence d'un second site d'enrichissement d'uranium.

A l'automne, Téhéran a d'abord paru accepter une offre de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) de faire enrichir à l'étranger une partie de son uranium, avant de faire marche arrière.

Les Six continuent depuis de poursuivre officiellement les "deux voies" du dialogue et de la menace de sanctions. Mais Washington est engagé dans d'intenses efforts diplomatiques pour promouvoir la seconde "voie" et préparer un ensemble de sanctions.

Celles-ci viseraient en particulier les intérêts économiques des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique du régime. L'objectif est d'affecter le moins possible les Iraniens ordinaires et de ne pas s'aliéner l'opposition, sur laquelle les Occidentaux fondent de grands espoirs après la réélection contestée de M. Ahmadinejad en juin 2009.

Ces efforts paraissent pour l'instant infructueux. La semaine dernière, l'ambassadeur chinois aux Nations unies a de nouveau jugé prématurée l'adoption de nouvelles sanctions contre l'Iran, estimant que la diplomatie avait encore son mot à dire pour amener la République islamique à coopérer sur son programme nucléaire.

Présidente en exercice du Conseil de sécurité de l'ONU pour janvier, la Chine a aussi décidé, sans donner d'explication, d'envoyer un diplomate de second rang à la réunion de samedi.

Les représentants des autres pays seront les directeurs politiques des ministères des Affaires étrangères, c'est à dire des diplomates de très haut rang.

Première publication : 16/01/2010

  • IRAN - NUCLÉAIRE

    Menacé de sanctions, Téhéran renvoie la balle à l'Occident

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)