Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

SUR LE NET

Un selfie pris à Auschwitz scandalise la Toile

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 2)

En savoir plus

  • Reprise des bombardements à Gaza, l'espoir d'une trêve s'éloigne

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

  • MH 17 : des combats autour du site du crash bloquent les enquêteurs

    En savoir plus

  • L'épave du Costa Concordia arrive dans le port de Gênes

    En savoir plus

Economie

Les États ne sauveront pas les banques à la prochaine crise, avertit Strauss-Kahn

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/01/2010

Le directeur général du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, a mis en garde les banques dans leur gestion des aides venant des États, qui se montreront "très réticents" à venir les sauver en cas de nouvelle crise.

AFP - Le directeur général du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn a dit vendredi à Washington douter que les Etats viennent au secours des banques en difficulté lors de la prochaine crise financière, estimant que leurs parlementaires s'y refuseront.

"Je suis convaincu que la plupart des parlements, le Congrès ici aux Etats-Unis, l'Assemblée nationale en France, Westminster au Royaume-Uni et d'autres, seront pour le moins très réticents à redonner de l'argent au secteur financier", a déclaré M. Strauss-Kahn lors d'une conférence organisée par la Chambre de commerce franco-américaine.

"En particulier quand ils verront comment le secteur financier s'est comporté après la crise", a-t-il relevé.

"Je ne vois pas de parlementaire dans les pays développés qui ait des chances de revenir vers les électeurs dans quelques années pour leur dire: vous savez, vous tous, il va falloir que vous payiez de nouveau, parce que le secteur financier est de nouveau dans la mouise", a prédit le dirigeant du FMI.

"Nous avons 12 ou 24 mois pour pouvoir mettre en place quelque chose qui ne sera probablement pas entièrement sûr (...) mais du moins plus sûr pour éviter le genre de problèmes que nous avons rencontrés", a-t-il expliqué.

"C'est une question d'équité. Nous ne pouvons pas nous permettre un système qui privatise les bénéfices et socialise les pertes. Beaucoup sont de cet avis", a considéré M. Strauss-Kahn.

"Et donc si nous sommes convaincus de cela, il nous faut absolument trouver un processus pour abaisser le risque d'une telle crise, mais aussi pour gérer cela de manière ordonnée, qui soit utile à ce moment-là, sans revenir à la manière traditionnelle de faire appel aux contribuables", a-t-il insisté.

Le FMI estime que les Etats du groupe des pays riches et émergents du G20 ont dépensé entre 2008 et août 2009 plus de 1.900 milliards de dollars au total pour soutenir leur système financier.
 

Première publication : 16/01/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Obama "déterminé"' à ce que les banques remboursent le coût du plan de sauvetage

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Le FMI souhaite relever les défis de l'après-crise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)