Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

EUROPE

En visite à la grande synagogue de Rome, le pape défend Pie XII

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/01/2010

Lors de sa visite à la grande synagogue de Rome, le pape Benoît XVI a déclaré que le Vatican avait aidé les Juifs de façon "souvent cachée et discrète" pendant la Shoah. Le pape de l'époque, Pie XII, est accusé d'avoir gardé le silence.

AFP - Le Vatican a aidé les Juifs de façon "souvent cachée et discrète" durant la seconde guerre mondiale, a déclaré dimanche le pape Benoît XVI, en visite à la synagogue de Rome, alors que le pape de l'époque Pie XII est très critiqué pour avoir gardé le silence face à la Shoah.

"En ce lieu, comment ne pas se souvenir des Juifs romains qui furent emportés de leurs maisons, devant ces murs (...) et furent tués à Auschwitz? Comment est-il possible d'oublier leurs visages, leurs noms, les larmes, le désespoir des hommes, des femmes et des enfants?", a dit le pape.

"Hélas beaucoup restèrent indifférents, mais beaucoup, y compris parmi les catholiques italiens, soutenus par la foi et l'enseignement chrétien, réagirent avec courage, en ouvrant les bras pour secourir les juifs traqués et en fuite, au risque de leur propre vie. Ils méritent une gratitude éternelle", a-t-il ajouté, salué par les applaudissements de l'audience.

"Même le Siège apostolique (ndlr, le Vatican) a mené une action de secours, souvent cachée et discrète", a-t-il poursuivi, sans susciter cette fois-ci de réaction dans l'édifice.

"La mémoire de ces événements doit nous pousser à renforcer les liens qui nous unissent pour que grandissent toujours plus la compréhension, le respect et l'accueil", a ajouté le pape.

La visite de Benoît XVI à la synagogue de Rome, la première depuis celle historique de Jean-Paul II en 1986, a suscité la polémique au sein de la communauté juive, en raison de la décision récente de Benoît XVI de faire progresser le processus de béatification de Pie XII, gelé depuis des décennies.

Pie XII est accusé d'avoir gardé le silence pendant la Shoah, alors que plus d'un millier de Juifs de Rome étaient déportés, raflés dans le ghetto, situé à quelques encablures du Vatican, de l'autre côté du Tibre.

L'Eglise catholique a toujours affirmé que le pape Pie XII avait contribué à aider des Juifs, cachés dans des institutions religieuses, et avait gardé le silence pour les protéger.

A l'arrivée du pape dans la synagogue, le chef de la communauté juive romaine lui a demandé solennellement l'ouverture des archives du Vatican sur cette période.

"Le silence de Pie XII face à la Shoah est encore douloureux et représente une occasion manquée", a déclaré Riccardo Pacifici devant le pape. "Peut-être qu'il n'aurait pas arrêté les trains de la mort, mais il aurait transmis un signal, une parole d'extrême réconfort, de solidarité humaine pour nos frères emportés vers Auschwitz", a-t-il ajouté.

Première publication : 17/01/2010

COMMENTAIRE(S)