Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Sports

La Fifa avait averti la Confédération africaine de menaces pesant sur la CAN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/01/2010

Bien avant l'attentat perpétré contre l'équipe du Togo dans les environs de Cabinda, la Fifa a révélé qu'elle avait averti la Fédération africaine de football de menaces pesant sur le déroulement de la CAN-2010.

AFP - Le secrétaire général de la Fifa, Jérôme Valcke, a révélé dans un entretien à la radio française France Bleu qu'il avait été averti des menaces pesant sur le déroulement de la CAN-2010 dans la région de Cabinda et qu'il en avait informé la Confédération africaine (CAF) bien avant le début de l'épreuve.

"Le président de la Fifa (Joseph Blatter, ndlr) avait reçu une lettre de la représentation cabindaise en Suisse qu'il m'avait fait suivre, le 27 octobre, et j'ai envoyé une copie de ce courrier à la Confédération africaine de football, a expliqué M. Valcke. On avait reçu cette information et cette menace qui planait sur toute personne qui se rendrait dans cette région."

Le bus transportant la délégation togolaise à la Coupe d'Afrique des nations (CAN-2010) dans Cabinda, qui accueille certains matches, a été mitraillé le 8 janvier par des séparatistes, faisant deux morts parmi ses membres.

Deux groupes cabindais concurrents, réclamant l'indépendance de cette riche enclave pétrolière, ont revendiqué la fusillade, qui a entraîné le retrait du Togo de la compétition.

Jérôme Valcke a en revanche nié toute responsabilité du côté de la Fifa, indiquant que l'instance suprême du football mondial n'avait "pas le pouvoir d'interdire tout".

"La Fifa protège le jeu mais ce n'est pas à la Fifa de dire qui doit organiser où sinon on va passer notre vie à regarder la mappemonde et regarder qui organise quoi pour être certain qu'il n'y a pas un risque d'attentat", a-t-il poursuivi.

Première publication : 18/01/2010

  • CAN-2010

    Endeuillée, la sélection togolaise est rentrée à Lomé

    En savoir plus

  • CAN-2010

    Deux personnes arrêtées à la suite du mitraillage du bus des Éperviers

    En savoir plus

  • CAN-2010

    Un second groupe séparatiste du Cabinda revendique l'attaque contre le bus togolais

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)