Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"On ne revient jamais vraiment d'Auschwitz"

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : la situation s'enlise à l'Est

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Spécial Grèce : Dimitris Kourkoulas et Yiorgos Tsipras

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Taux de croissance en Chine : "7,4%, c'est un taux de croissance dont on rêverait!"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ray Lema, musicien engagé

En savoir plus

DÉBAT

Sport féminin : comment améliorer la visibilité des sportives dans les médias ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Sport féminin : comment améliorer la visibilité des sportives dans les médias ? (partie 1)

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Terrorisme en Europe : comment concilier sécurité et libertés ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La loi Macron à l’épreuve de l'hémicycle

En savoir plus

Economie

Google retarde la sortie en Chine de deux téléphones mobiles

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/01/2010

Nouveau rebondissement dans la guerre entre Google et Pékin, ce mardi. La firme de Mountain View a annoncé aujourd'hui qu'elle retardait la sortie en Chine de deux mobiles équipés de son système d'exploitation baptisé Android.

REUTERS - Google a annoncé mardi le report du lancement en Chine de deux modèles de téléphones mobiles fonctionnant avec son système d'exploitation Android.

Ce recul est le premier signe concret montrant que les tensions entre Google et les autorités chinoises à propos de piratages informatiques et de censure officielle affectent les activités commerciales du géant américain d'internet.
 
Les deux combinés, qui devaient être commercialisés à partir de mercredi, sont fabriqués par Motorola et Samsung Electronics. L'opérateur prévu était China Unicom, a indiqué une porte-parole de Google.
 
De source proche du dossier, on indique que Google souhaite que ses clients tirent une "expérience positive" de leurs produits et redoute que cela soit difficile étant donné son écho médiatique actuel en Chine.
 
La semaine dernière, Google avait annoncé avoir été victime, de même que d'autres entreprises et des dissidents chinois, d'un "cyber-espionnage" élaboré contre ses activités en Chine, et il avait menacé de se retirer du pays.
 
Le groupe californien avait également fait savoir qu'il n'entendait plus censurer la page locale de son moteur de recherche et qu'il souhaitait pouvoir discuter avec Pékin de la mise en place d'un site légal et non filtré.
 
Les autorités chinoises ont pour l'instant rejeté les plaintes de Google et n'ont pas ouvertement annoncé le moindre dialogue.
 
Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a rappelé mardi le groupe aux obligations requises par Pékin s'il voulait poursuivre son activité en Chine, entamée en 2006.
 
"Les entreprises étrangères présentes en Chine doivent en respecter la législation, les règles, les us et coutumes, et assumer les responsabilités sociales qui en découlent. Google ne fait évidemment pas exception", a prévenu Ma Zhaoxu.
 
Si ce dernier n'a pas mentionné la censure des contenus jugés sensibles au nombre de ces responsabilités, d'autres responsables chinois l'ont fait auparavant.

 

Première publication : 19/01/2010

COMMENTAIRE(S)