Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

FRANCE

La taxe carbone nouvelle version présentée en conseil des ministres

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/01/2010

Alors qu'un premier texte avait été rejeté par le Conseil constitutionnel, le ministre de l'Écologie, Jean-Louis Borloo, devrait présenter une nouvelle mouture de la taxe carbone qui prendra en compte les secteurs industriels les plus polluants.

AFP - Le nouveau dispositif de la taxe carbone sera au menu mercredi du conseil des ministres, qui se penchera aussi sur le grand emprunt de Nicolas Sarkozy et son impact sur les finances publiques.
   
Après sa censure surprise fin décembre par le Conseil constitutionnel, la taxe carbone revient donc sur le devant de la scène, pas sous la forme d'un projet de loi, mais de pistes évoquées par le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo. Avec l'objectif de pouvoir transmettre un projet de loi au Parlement "en avril-mai".
   
Le ministre a d'ores et déjà indiqué mardi que le dispositif qui doit entrer en vigueur au mois de juillet, restera inchangé pour les ménages qui toucheront un chèque vert au deuxième semestre.
   
Il devrait aussi conserver les exonérations partielles promises à certaines professions comme les pêcheurs et les routiers.
   
Mais pour répondre au Conseil constitutionnel, qui avait annulé la loi fin décembre en arguant de son inéquité, il faut intégrer les secteurs industriels les plus polluants, déjà couverts par le système européen des quotas de CO2.
   
Jean-Louis Borloo proposera donc une "concertation" sur les industries polluantes restées en dehors du système.
   
Sera aussi présentée en conseil des ministres une version rectifiée du budget 2010 intégrant le grand emprunt annoncé par Nicolas Sarkozy mi décembre.
   
Ce collectif budgétaire devrait préciser l'impact sur les finances publiques des 35 milliards d'euros d'"investissements d'avenir", financés par les 13 milliards d'aides publiques remboursés par les banques et 22 milliards levés sur les marchés.
   
Grâce à une croissance revue en hausse en 2010 à +1,4% contre une précédente prévision de 0,75%, le déficit public a été parallèlement revu en baisse à 8,2% du PIB l'an prochain, alors que le gouvernement misait auparavant sur 8,5%.
   
Reste que le grand emprunt va peser sur les comptes de l'Etat et, mécaniquement, sur la dette publique, attendue à 84% du PIB en 2010.
   
Les investissements de ce grand emprunt seront aussi détaillés mercredi.
   
Le chef de l'Etat avait annoncé en décembre que cette manne serait répartie entre l'enseignement supérieur et la formation (11 milliards, dont 8 pour la création d'une dizaine de "campus d'excellence"), la recherche (8 milliards), l'industrie et les PME (6,5 milliards), le numérique (4,5 milliards) et le développement durable (5 milliards).
   
Le collectif détaillera enfin la taxe sur les bonus versés par les banques aux traders en 2010, présentée en décembre par la ministre de l'Economie, Christine Lagarde.

Première publication : 20/01/2010

  • FRANCE

    La "nouvelle" taxe carbone entrera en vigueur le 1er juillet, selon Sarkozy

    En savoir plus

  • FRANCE

    Lagarde plaide pour une taxe carbone à taux variable pour les industries polluantes

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le Conseil constitutionnel retoque la "taxe carbone"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)